Aéroports français : sûrs mais peuvent mieux faire

  • A
  • A
Aéroports français : sûrs mais peuvent mieux faire
Les aéroports français jugés sûrs selon un rapport parlementaire, qui établit 30 préconisations.@ MAXPPP
Partagez sur :

Le rapport parlementaire sur la sûreté aérienne, rendu public mardi, fait état de 30 préconisations.

"Satisfaisant", c’est ainsi qu’est qualifié le niveau de sûreté des aéroports français selon un rapport de la mission d'information sur la sûreté des transports aériens publié mardi. Les députés Daniel Goldberg (PS) et Serge Gonzales (UMP) avaient été missionnés après un reportage de l'émission Envoyé Spécial, où l'on voyait des journalistes parvenir à faire pénétrer une arme dans deux avions, en pièces détachées mais sans munitions.

"La probabilité de voir se répéter un scénario du type de celui du 11 septembre 2001 semble plus faible" jugent les deux hommes au sein de ce dossier intitulé "Sûreté aéroportuaire, le défi de l'adaptation au risque". Et les dernières inspections de la Commission européenne "conduisent à une appréciation positive de nos contrôles" dans les aéroports français, rapportent-ils. Mais des progrès restent possibles.

30 préconisations

Dans un domaine où "l'exigence de réussite est absolu", selon l'expression de Daniel Gonzales, les deux rapporteurs font toutefois une série de recommandations, au nombre de trente, pour renforcer la sécurité aéroportuaire. Ils préconisent notamment de "développer une vigilance particulière sur le fret", considérée par les spécialistes de l'antiterrorisme comme un point faible du secteur aérien.

Ils délivrent aussi un satisfecit aux techniques de filtrage actuelles dans les aéroports, qui doivent être maintenues, selon eux, d’après le principe d'un "système à plusieurs barrières" constitué de contrôles aléatoires, filtrage des passagers et des bagages. Ils proposent également de développer les techniques de "profiling" et d'analyse comportementale. Et de multiplier l'utilisation des "scanners corporels" qui permettent de détecter la présence éventuelle d'objets sous les vêtements. Courants aux Etats-Unis ou aux Pays-Bas, ces derniers en sont au stade expérimental en France.

Evaluer les aéroports à "risques"

Les rapporteurs disent aussi qu’il est nécessaire d’améliorer le recrutement et la formation des agents de sécurité. Chaque société de sécurité organise son propre examen et la formation continue est insuffisante, regrettent les députés qui déplorent aussi le manque de reconnaissance dont souffrent les salariés de ce secteur.

Quant aux aéroports classés à "risques", le rapport incite à proposer des subventions européennes pour améliorer leur sécurité. Daniel Goldberg et Serge Gonzales proposent enfin de participer à une réflexion européenne pour créer un fichier des passagers de vols entrant sur le territoire de l'Union.