Accro à votre portable ? Vous êtes "nomophobe"

  • A
  • A
Accro à votre portable ? Vous êtes "nomophobe"
@ MAX PPP
0 partage

Eric se fait soigner pour ne plus être dépendant de son smartphone, dans un centre à Lyon.

Depuis quelques mois, Eric, un pompier de trente cinq ans se renferme sur lui-même. Il s'éloigne de ses amis et il n'arrive même plus à rigoler avec ses amis de la caserne. Après avoir consulté une psychologue, Eric a réussi à identifier la cause de ce mal mystérieux : son téléphone portable.

Des crises de panique

Cet homme passe cinq à six heures par jour à utiliser son mobile. Selon une récente étude anglaise, 66% des utilisateurs de portables se plaignent de "nomophobie" - no mobile phobia - c’est-à-dire qu’ils sont stressés à l'idée de ne plus avoir leur portable, de le perdre ou de le casser.

"Je suis toujours avec, j’ai besoin de l’avoir en permanence dans les mains : au travail, en soirée", confie le pompier à Europe 1. "Et là où c’est vicieux, c’est que je veux savoir en permanence où se trouve ma femme", ajoute-t-il. Et si l’application qui lui permet de localiser son épouse ne fonctionne plus, alors Eric fait une crise de panique.

On regarde son portable 150 fois par jour

Selon l'expert des nouvelles technologies, Tomi Ahonen, auteur de Le mobile comme le 7e média de masse, un utilisateur moyen consulte son téléphone portable environ cent cinquante fois par jour, soit une fois toutes les six minutes trente en moyenne.

Au Centre de traitement du stress et de l'anxiété à Lyon, un tiers des patients de Stéphanie Bertholon, psychologue clinicienne - auteur de Vivre mieux dans un monde stressant - viennent consulter à cause de cette dépendance.

21 jours pour perdre l’habitude

Pour elle, si Eric dégaine son portable à tout bout de champ, c'est d'abord pour éviter les sensations désagréables telles que l'ennui à la caserne entre deux interventions, la gêne dans une soirée où il se sent mal à l'aise ou encore l'inquiétude lorsqu'il pense à sa femme. Une habitude devenue un geste mécanique dont il n’a plus conscience.

L’homme doit donc aujourd’hui apprendre à se déshabituer, se désintoxiquer à travers des exercices pratiques. Pas facile pour le pompier qui ne résiste pas à l’envie de cliquer lorsqu’un nouveau message apparaît. Mais selon sa psychologue, il faudra vingt-et-un jours à l’homme pour perdre cette mauvaise habitude.