Accident de Brétigny : un rapport accablant pour la SNCF

  • A
  • A
Accident de Brétigny : un rapport accablant pour la SNCF
Les rapports des experts judiciaires pointe "l'état de délabrement" avancé des voies.@ SNCF
Partagez sur :

TRAIN - Les conclusions des rapports d’expertise demandés par la justice montrent notamment l'"état de délabrement des voies".

Si leurs conclusions ne sont pas une surprise, les rapports d’expertise visant à connaître les raisons du déraillement d’un train Intercité dans la gare de Brétigny-sur-Orge il y a un peu moins d’un an qu'Europe 1 a pu consulter n’en sont pas moins accablants pour la SNCF. L’accident avait coûté la vie à sept personnes et en avait blessé un trentaine d’autres.

“Etat de délabrement des voies”. Selon les experts, si le train à déraillé, ce n’est pas une surprise vu “l’état de délabrement jamais vu ailleurs” des voies près de la gare. “L’armement a péri par fatigue, vibrations, battement, défauts de serrage, usure, etc. Tous dommages relevant de la qualité de la maintenance”, expliquent les rapports.

La faute de la SNCF. Problème, c’est la société ferroviaire qui a à charge l’entretien des voies. Et à nouveau selon les experts, la SNCF connaissait chacun de ces problèmes, mais n’a pas agit en conséquence. “Les examens métallurgiques qui ont été effectués permettent d’établir (...) que la désagrégation complète de l’assemblage s’est (...) étalée sur plusieurs mois et a concerné l’ensemble de l’appareil de voie incriminé”, précisent les experts. En tout, ce seraient 200 anomalies qui auraient été repérées sur le tronçon.

Plus généralement, les rapports pointent des méthodes de maintenance du réseau “inadaptées car insuffisantes”. Ils relèvent plus précisément que ces dernières sont “complexes, parfois difficiles à interpréter ou à appliquer” si bien qu’il arrive que des défauts soient repérés et leurs réparations reportées, voire même oubliées.

Le train allait trop vite. Au final, alors que les trains Intercité sont autorisés à circuler à 150 km/h dans la gare de Brétigny, les voies n’ont pas supporté le passage de celui du 12 juillet 2013 alors qu’il ne roulait qu’à 137 km/h. Les experts préconisent d’ailleurs que la vitesse autorisée soit rabaissée désormais à 100 km/h dans la gare. Ils alertent également sur l’état sur réseau en gare de Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis, qu’ils jugent inquiétant.

"Cet accident aurait pu être évité". "Ce rapport a d'abord été un choc", a déclaré sur Europe 1 Stéphane Gicquel, secrétaire général de la Fédération nationale des victimes d'accidents collectifs (FENVAC). "C'est aussi un choc de découvrir que cet accident était inscrit dans des manquements qui durent depuis plusieurs années", a-t-il estimé, rappelant que "dès 2008, les ingénieurs de la SNCF manifestaient leur inquiétude concernant le plan des voies à Brétigny". "Malheureusement, à la lecture de ce rapport, on peut dire que cet accident aurait pu être évité", a-t-il conclu.

SNCF et RFF constestent. De leur côté, la SNCF et Réseau de ferré de France (RFF) ont contesté dimanche tout "délabrement" du réseau ferroviaire à Brétigny-sur-Orge. "Les deux rapports remis à la justice, et dont SNCF et RFF ont pris connaissance d'extraits par voie de presse, ne sont pas en leur possession. La plus grande prudence s'impose dans leur interprétation", répondent les deux entreprises publiques. Pour la SNCF et RFF, "certains éléments rapportés d'une des expertises paraissent hors de proportion et hors de fondements techniques".

>> Consultez le rapport d'expertise :

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

ECLAIRAGE - Brétigny : comment le train a déraillé

DEJA VU - Brétigny : un rapport accablant pour la SNCF

RAPPORT - Brétigny : un défaut de maintenance à l'origine de l'accident