Acadomia : "On parle de cas marginaux"

  • A
  • A
Acadomia : "On parle de cas marginaux"
@ MAXPPP
Partagez sur :

Maxime Aiach, le P-DG d’Acadomia, épinglée par la Cnil, parle de "quelques cas sur des millions".

La Commission national informatique et liberté (Cnil) a adressé mercredi un avertissement à la société Acadomia pour des commentaires injurieux dans des fiches d’information concernant son personnel et ses clientes. "Vraiment trop conne", "sent l’alcool", "attitude suspecte", "hospitalisée en urgence pour un tumeur cancéreuse au cerveau", "père en prison", "saloperie de gamin", sont quelques-uns des dérapages pointés par la Cnil.

Maxime Aiach, le P-DG du leader du soutien scolaire en France, s’est défendu mercredi au micro d’Europe 1. D’abord sur l’existence du système de fiches. " Une partie de notre métier consiste à organiser des prestations de soutien scolaire à domicile, et il est tout à fait évident que pour pouvoir faire cde travail, nous puissions avoir des informations les plus précises possibles, tant sur la part des intervenants qui vont faire cours, que des familles qui vont recevoir ces cours", a déclaré le chef d’entreprises.

Ecoutez Maxime Aiach au micro de Laure Dautriche :

L’homme plaide la goutte d’eau dans la mer. " La Cnil a relevé quelques fiches, bien souvent ce sont des verbatim sur des millions et des millions d’informations qui sont traduites dans les relations que nous avons avec nos professeurs et avec nos familles. On parle de cas qui sont extrêmement marginaux."

"Pas de sanctions à donner"

Quant aux suites de l’affaire, Maxime Aiach souhaite simplement que les choses en restent là. "Il n’y a pas de sanctions à donner. Les quelques fiches qui sont incriminées remontent à plusieurs années et on t été mises en place par des collaborateurs qui ne font plus partie de nos effectifs", a assuré le P-DG d’Acadomia.