Académie française : PPDA, cible d'un canular

  • A
  • A
Académie française : PPDA, cible d'un canular
@ MaxPPP
Partagez sur :

Un faux "plaidoyer pour un candidat injustement dénigré" a été envoyé aux académiciens.

L'ex-présentateur du 20H00 de TF1 Patrick Poivre d'Arvor, recalé jeudi à l'Académie française, ne croulait pas sous les soutiens mais une lettre-canular intitulée "plaidoyer pour un candidat injustement dénigré" a pu encore refroidir les ardeurs des immortels. "Il n'y avait aucune ambiguïté dans ma lettre humoristique de faux soutien à PPDA, signée de mon nom et adressée à chaque académicien", a expliqué l'auteur du canular, François Korber, confirmant une information du Canard Enchaîné à paraître mercredi.

Mais certains académiciens "l'ont lue trop vite et attribuée au candidat lui-même, ce qui les a irrités", a précisé François Korber, par ailleurs délégué général de l'association d'aide aux détenus Robin des lois, et lui-même ancien détenu.

Dans cette lettre, le prétendu défenseur de la candidature du journaliste et romancier, s'insurge contre "les médisants" qui l'ont accusé de plagiat ou ont moqué le bébé ramené d'Irak par PPDA sous l'oeil des caméras. Sa biographie d'Hemingway ? "Il faut le comprendre, écrit François Korber : c'est un homme pressé. Il lui arrive d'employer des personnes de toutes les couleurs - même des Noirs, il n'est pas raciste (allusion aux +nègres+ littéraires, ndlr)- pour écrire les livres qu'il signe".

Ou encore, à propos du livre pour lequel il a été condamné en première instance à verser 33.000 euros à son ex-compagne, Agathe Borne, pour atteinte à sa vie privée et ses droits d'auteur : "Pourrait-on lui reprocher d'avoir utilisé quelques vieilles lettres d'amour dans un roman ? Il s'agit simplement du recyclage de vieux papiers : on nous enjoint, constamment, d'éviter tout gaspillage"... Puis, évoquant sa fausse interview de Fidel Castro : "c'était pour rendre la conversation plus vivante".