A Rennes, l'hommage à Kylian

  • A
  • A
A Rennes, l'hommage à Kylian
Les amis de Kylian ont effectué un lâcher de ballons, lundi après-midi, en hommage à leur camarade.@ MaxPPP
Partagez sur :

Une minute de silence a été respectée au collège de Cleunay en mémoire de ce collégien de 13 ans.

À 14h45 précises, une minute de silence pour se recueillir. Puis un lâcher de ballons, en mémoire de Kylian. C'est de cette façon que le rectorat de Rennes avait choisi de rendre hommage lundi à l'adolescent de 13 ans mort ce week-end à la suite d'une bagarre au collège de Cleunay, à Rennes.

Lundi matin, les cours y ont repris dans une très lourde atmosphère. De nombreux élèves ont déposé, en arrivant, un mot ou des fleurs en mémoire de leur camarade. Dans l'après-midi, ils se sont réunis dans la cour du collège pour la minute de silence, avant de lâcher des ballons blancs.

Un hommage "terriblement humain"

Le proviseur a voulu faire passer un message simple à ses élèves : si Kylian était gardien de but, eux doivent désormais être gardiens de sa mémoire. "C'était assez court, un vrai moment de communion, terriblement humain", résume un membre de la communauté éducative, rencontré par Europe 1.

L'académie de Rennes a précisé qu'une organisation particulière avait été mise en place au sein de l'établissement pour "permettre aux enfants et aux adultes d'échanger, de dire les choses. Un mur de la mémoire, ainsi qu'un cahier qui deviendra un livre, vont être mis en place." Certains ont dit des poèmes, d'autres ont chanté ou joué du piano.

Des habitants, des parents réunis

Le recteur de l'académie de Rennes avait enjoint les autres collèges et lycées de Bretagne à s'"associer à cette minute de silence" dans un message adressé à l'ensemble des chefs d'établissements publics et privés de l'académie.

Des habitants, voisins du collège de Cleunay, se sont aussi joints à cet hommage. En fin de journée, des parents d'élèves ont pu entrer dans l'établissement pour rencontrer des psychologues et trouver auprès d'eux des clés pour pouvoir parler ensuite à leur enfant. Mardi, les cours vont reprendre.