A Pôle emploi, c’est du "travail-zapping"

  • A
  • A
A Pôle emploi, c’est du "travail-zapping"
Les salariés de Pôle Emploi déplorent leurs conditions de travail : ils se disent débordés et estiment faire "du travail-zapping".@ MAXPPP
Partagez sur :

ENQUETE - Des employés se disent exaspérés. La grève organisée lundi a cependant été peu suivie.

La machine française à retrouver du travail est-elle grippée ? Depuis la fusion ANPE-Assedic mise en place il y a trois ans, le mécontentement des agents de Pôle emploi semble s’être généralisé. Sur fond de hausse presque ininterrompue du chômage, le principal syndicat du service public, le SNU, dénonce une "dégradation des services rendus" et des manques d'effectifs chroniques. Alors que le budget 2012 doit être voté, cette organisation syndicale appelait lundi à une grève.

Un mouvement peu suivi selon la direction qui annonce à peine 6% de grévistes. "On n'a jamais prétendu faire une grève de masse. On est dans le symbolique et le pari est atteint", a répliqué Philippe Sabater, représentant du SNU.

"C’est vraiment du travail bâclé"

En région parisienne par exemple, les agents de Pôle emploi sont chargés de suivre personnellement jusqu’à 200 chômeurs. Ils se disent débordés et incapables de faire face aux dossiers qui s’accumulent, à l’image de Corinne que Europe 1 a rencontrée. Pour elle, le gouvernement n’a pas tenu ses promesses : "on ne peut absolument plus traiter les demandeurs d’emplois mensuellement comme c’était l’engagement il y a quelques années. C’est définitivement fini".

"On court après le temps. C’est du 'travail-zapping' : on passe d’une activité à une autre, on essaie de combler tous les dossiers qu’on a en retard, de traiter une offre d’emploi entre deux et d’appeler un demandeur d’emploi. C’est vraiment du travail bâclé", résume-t-elle. Pire encore, Corinne estime qu’elle n’apporte aucune aide aux demandeurs d’emplois qu’elle suit.

"C’est quelque chose qu’ils peuvent faire seuls" :

Les spécialistes du marché du travail estiment que Pôle emploi est incapable de mettre en rapport l'offre et la demande d'emplois. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : le service public reçoit à peu près 300.000 offres d'emplois mais 30.000 ne trouvent pas preneurs. Pire, Pôle emploi n’a qu’une quote-part minime sur le marché du travail puisque c'est à peine une offre sur six qui est pourvue par son biais.

D’autant que 30% des offres d’emploi en France ne sont jamais publiées. Les chasseurs de tête le confirment : pour trouver du travail, il faut être à l’affût en permanence, ne rien négliger et en particulier les connaissances personnelles. Les cadres, en particulier, ne s'y trompent pas. D’après les chiffres que Europe 1 s’est procurés auprès de l’Apec, l'association pour l'emploi des cadres, les trois-quarts ont sollicité leur réseau, l'an dernier, pour trouver un emploi.