A Air France, on aime le champagne

  • A
  • A
A Air France, on aime le champagne
@ REUTERS
Partagez sur :

Une étude sur la délinquance met notamment en avant les vols que subit la compagnie.

L’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) s’est penché sur le cas du plus grand aéroport de France : Roissy Charles-de-Gaulle. Vols, contrefaçons ou encore trafics en tout genre : voici les principaux enseignements de cette étude.

Les bulles s’évaporent

Les passagers d’Air France. Roissy est une véritable ville avec ses 61 millions de passagers en transit et ses 100.000 employés. Air France en est la première compagnie aérienne et fait partie des victimes de vols constatés dans l’aéroport. Il en ressort ainsi que les passagers emportent les couvertures, les plaids et même la porcelaine en première classe. La moitié du linge d’Air France est subtilisé. En revanche, il n’y a pas de ruée vers les plateaux repas.

Le personnel d’Air France. Les bouteilles de champagne aussi disparaissent. "Sur 100 bouteilles consommées, c’est-à-dire sorties du stock, Air France considère que 10 ne sont pas bues par les passagers mais soustraites", indique le rapport. Et c’est le personnel qui est pointé du doigt. Une tradition voudrait qu’il se détende à l’aide de bulles pendant les longues escales.

Les voitures sont bien gardées

Les pickpockets en action. Roissy a compté près de 2.4000 vols contre des particuliers en 2008. Le taux est comparable à celui d’une ville de 250.000 habitants. Les voyageurs sont une cible facile pour les pickpockets.

Les voitures en sécurité. Le parking est en revanche très sûr. Le système Carmétrics, installé en 2006, empêche la sortie d’un véhicule qui ne correspondrait pas au ticket d’entrée dans le parking. Il fonctionne à partir de comparaisons de photos prises à l’entrée et à la sortie. Résultat : "en 2008, la gendarmerie des transports aériens a enregistré 22 vols liés à l’automobile, moins de 10 faits de destructions-dégradations et aucun vol violent", indique l’ONDRP

Trafic d’animaux protégés

L’activité de la douane. En valeur, les saisies de Roissy CDG représentent plus de 40 % de celles de la douane en 2008. C’est un "point de passage majeur" pour le trafic d’espèces animales ou végétales protégées, puisqu’il représente 48% des constatations de la douane dans ce domaine. Avec plus de 26 tonnes de tabac saisies en 2008, c’est un "point d’importance moyen" pour la contrebande de tabac. En ce qui concerne les drogues, 793 kilos de cocaïne ont été saisis en 2008 et 313 kilos de cannabis, soit 5 % des stupéfiants en France. 1,5 millions d’articles contrefaits ont également été interceptés, soit 27% de l’activité totale de la douane dans ce domaine.