91 ans, enfermée 23h dans la salle des coffres

  • A
  • A
91 ans, enfermée 23h dans la salle des coffres
@ MaxPPP
Partagez sur :

Une nonagénaire a été oubliée samedi matin dans le coffre-fort de la BNP de Rennes.

Elle a passé 23 heures seule… dans la salle des coffres d'une banque à Rennes. Oubliée par les employés samedi à la fermeture de la BNP pour le week-end, une dame de 91 ans est restée enfermée dans le noir, sans boire, ni manger. Grâce à son fils qui a donné l'alerte, elle a été retrouvée assoiffée mais en bonne santé. Sans rancune, la nonagénaire ne compte pas porter plainte.

Enfermée… conformément à la procédure. Tout commence samedi matin, vers 11h30, lorsque la retraitée décide de se rendre à la banque pour retirer un louis d'or. La vieille dame a en effet l'habitude de récupérer de temps en temps un peu d'argent de son coffre pour améliorer son quotidien. Comme le veut la procédure, pour des questions de confidentialité, les clients inspectent seuls le contenu de leur coffre. La nonagénaire est donc enfermée… et oubliée par les employés de la banque qui ferment l'agence à 12h30.

"On en doutait un peu, mais on ne sait jamais..." Ce n'est que dans la soirée, vers 20 heures, que le fils de la vieille dame, inquiet de ne pas voir revenir sa mère, donne l'alerte à la police. Les enquêteurs font alors le tour des points de chute où elle avait l'habitude de se rendre le samedi : cimetière, églises, etc. Ils pensent ensuite à la BNP et finissent par convaincre l'établissement - qui n'y croyait pas du tout - de faire rouvrir l'agence normalement fermée jusqu'à mardi. "On en doutait un peu, mais on ne sait jamais...", a confié le commissaire Pascal Serrand.

La BNP s'excuse auprès de la retraitée. Les agents ont alors "entendu une petite voix qui sortait de la salle des coffres", a relaté le commissaire. La nonagénaire est finalement délivrée dimanche à 10h30 "dans un bon état de santé physique et psychique, et sans aucune rancune", a souligné Pascal Serrand. La nonagénaire a été hospitalisée pendant deux heures au centre hospitalier de Pontchaillou à Rennes. L'un des hauts responsables de la BNP à Paris a par ailleurs appelé la vieille dame pour prendre de ses nouvelles et s'excuser. Elle ne garde visiblement pas de rancune de cette histoire, aucune plainte n'a été déposée.

"Une affaire un peu triste mais qui se termine bien". Une enquête est toutefois en cours pour déterminer les raisons pour lesquelles l'alarme n'a pas fonctionné, a précisé Pascal Serrand. "C'est une affaire un peu triste mais qui se termine bien", a commenté pour sa part le vice-procureur de la République de Rennes Jean-Pierre Ollivaux, qui n'avait pas été informé dimanche soir d'une éventuelle plainte. "A ce stade, on ne voit pas quelle faute pénale a été commise en oubliant de vérifier si la banque était vraiment vide avant de fermer la porte", a-t-il indiqué.

Une femme de ménage coincée au Crédit Lyonnais. Mercredi, toujours à Rennes, une histoire similaire s'est déroulée dans un Crédit Lyonnais, selon des information d'Europe 1. Une femme de ménage a été coincée dans un sas alors que l'établissement fermait ses portes. Par chance, elle avait un portable sur elle et a pu contacter le 17. Faute d'avoir pu joindre la banque directement, les policiers ont appelé la société de surveillance qui est rapidement venue en aide à la jeune femme.