8 mars : plusieurs cortèges à Paris

  • A
  • A
8 mars : plusieurs cortèges à Paris
Des manifestantes se sont dénudées à Paris contre l'oppression des femmes.@ EPA/MAXPPP
Partagez sur :

8 MARS - Prostituées, femmes voilées, militantes nues contre l’oppression :  plusieurs cortèges ont défilé dans Paris pour la journée des droits des femmes.

A l’occasion du 8 mars, date consacrée aux droits des femmes, plusieurs cortèges ont défilé dans les rues de la capitale. Prostituées, femmes voilées, féministes, militantes dénudées contre l’oppression dans le monde arabe : plusieurs défilés se sont côtoyés sans se croiser. 

Plusieurs milliers de personnes pour le traditionnel défilé 

Plusieurs milliers de personnes ont défilé samedi après-midi à Paris pour défendre la cause des femmes partout dans le monde, et dénoncer les violences qu'elles subissent samedi 8 mars, sous la bannière : "Halte aux violences faites aux femmes".

Parmi les revendications avancées par les manifestants, le droit à l'avortement, remis en cause en Espagne. Quelques sages-femmes s'étaient associées au rassemblement. Une partie de la profession est en grève depuis octobre pour obtenir de sortir de la fonction publique hospitalière et acquérir un statut de praticien hospitalier.

Cette manifestation répondait à l'appel de partis de gauche (PCF, Front de gauche, Lutte ouvrière ...), de nombreuses syndicats, organismes et associations féministes, à l’image d’Osez le féminisme, comme le montre la photographie publiée sur Twitter par la journaliste Alice Coffin :



Des manifestantes nues contre "l'oppression" des femmes



Sept femmes, se présentant comme des militantes du monde arabe et musulman, ont manifesté nues samedi 8 mars devant la pyramide du Louvre contre "l'oppression". Munies de drapeaux tunisien, iranien, arc-en-ciel et français, elles se sont dévêtues devant l'entrée du musée, avant de marcher sur les rebords des bassins qui jouxtent la pyramide. Elles ont scandé "liberté, laïcité, égalité", sous le regard étonné des badauds et touristes.

Sur leurs corps, on pouvait lire des slogans tels que "game over", "liberté", ainsi que des inscriptions en arabe. Parmi elles se trouvait Amina Sboui, ancienne militante des Femen, qui a quitté le groupe féministe après l’avoir accusé d'islamophobie. "On est contre la charia, contre le sexisme, contre la lapidation, contre la burqa, contre le voile", a-t-elle déclaré.





Prostituées et défenseurs des femmes voilées côte à côte

Prostituées et défenseurs des femmes voilées côte à côte : un millier de personnes qui ne se reconnaissent plus dans le féminisme traditionnel ont également défilé samedi 8 mars à Paris, à l'écart du cortège principal de la journée internationale des droits des femmes.

Hétéroclite, rassemblant aussi bien des militants pro-palestiniens ou du NPA que des défenseurs des droits des transsexuels ou des prostituées, le cortège majoritairement composé de jeunes femmes et hommes s'est élancé en début d'après-midi depuis le quartier de Belleville, dans le nord de la capitale.

"Prostituées en danger", "musulmanes stigmatisées", "on est des putains de féministes!", ont scandé les manifestants. "Ne nous libérez pas, on s'en charge!", pouvait-on lire sur des pancartes. Les manifestants reprochent au gouvernement la pénalisation des clients de la prostitution, le maintien de l'interdiction de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de même sexe, et s'inquiètent d'une "fragilisation" du droit à l'avortement.

sur le même sujet, sujet,

"J'ai quitté les Femen parce que..."

PMA-GPA : Matignon confirme l'opposition du gouvernement, le PS râle

L’Espagne veut restreindre (très) fortement l’avortement

Le voile restera-t-il interdit sur les terrains français ?

La fronde des sages-femmes inquiète les médecins