7 à 13% des élèves en difficulté

  • A
  • A
7 à 13% des élèves en difficulté
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les tests d’évaluation si décriés révèlent que la majorité d'entre eux ont de bons acquis.

Les trois quarts des élèves qui entreront en septembre en CE2 et les deux tiers des élèves qui entreront en 6e disposent de bons ou très solides acquis. C’est ce que révèlent les résultats des évaluations nationales, portant sur la collecte de 95% des tests, passées durant l'année scolaire et publiés sur le site internet du ministère de l'Education. Concrètement, elles ont montré cette année une stabilité du nombre des élèves en grande difficulté par rapport à 2009, entre 7% à 13%.

Dans le détail

En CE1, 75% des élèves ont produit au moins 31 bonnes réponses sur 60 en français, contre 73% en 2009. 77% ont obtenu au moins 18 bonnes réponses sur 40 en mathématiques, contre 75% l'an dernier.

Quant à la part des élèves rencontrant de grosses difficultés, elle est sensiblement la même que l'an dernier: en français, 8% des élèves de CE1 ont des acquis insuffisants contre 9% en 2009. Ils sont 10% pour les mathématiques, comme en 2009.

Du côté des élèves de CM2, 73% ont eu au moins de 29 réponses justes en français sur 60, contre 75% l'an dernier. 67% ont obtenu au moins 16 bonnes réponses sur 40 en mathématiques, contre 65% l'an dernier. En français, 7%, comme l'an dernier, ont des difficultés importantes. En mathématiques, ils sont 13% contre 15% en 2009.

Des évaluations critiquées

Depuis leur mise en place en septembre 2008, les évaluations ont fait l'objet de nombreuses critiques, notamment sur la "confusion" entretenue entre évaluations "bilan" et "diagnostic", la date de passation dans l'année, le mode de correction (codage binaire avec absence de réussites partielles), faisant ainsi douter de sa rigueur scientifique. La crainte de mettre en concurrence les écoles était un autre argument avancé par certains maîtres d'écoles.

Une concertation entre le ministère et les syndicats a été engagée ces dernières semaines, portant notamment sur la date de passation dans l'année des évaluations dans les deux niveaux. Trois scénarios sont à l'étude : des évaluations "bilan" en fin de CE1 et fin de CM2, des évaluations "diagnostic" en début de ces deux niveaux, ou alors en début de CE2 et début de sixième. L'idée d'ajouter un troisième moment d'évaluation, en cours de collège (en cinquième ou quatrième) est aussi une hypothèse.