5 conseils pour sa première colo

  • A
  • A
5 conseils pour sa première colo
"La séparation a du bon à condition qu'elle ne soit pas trop longue", prévient le pédopsychiatre Pascal Clerget.@ MaxPPP
Partagez sur :

Le pédopsychiatre Stéphane Clerget donne les clés pour bien vivre ce moment particulier.

Les colonies de vacances sont un moment important dans la vie des enfants...mais aussi dans celle des parents. C'est souvent la première fois qu'ils laissent partir leurs rejetons pour quelques jours, en dehors de la cellule familiale. La séparation peut parfois être douloureuse. Voici quelques réponses pour mieux appréhender cet événement.

A partir de quel âge ? Certaines colonies de vacances sont accessibles dès l’âge de quatre ans. "Mais ça a plus de sens à partir du moment où l'enfant entre en école primaire", explique le pédopsychiatre Stéphane Clerget. Soit entre 6 et 8 ans.

Le temps des enfants diffère de celui des adultes

Quelle durée ? "La séparation a du bon à condition qu'elle ne soit pas trop longue, en tout cas adaptée à l'âge de l’enfant et, pas trop précoce", indique Stéphane Clerget. "Je préconise un à deux jours de séparation par année d'âge. Pour un enfant de quatre ans, je conseille 4 à 8 jours, mais pas plus", précise le spécialiste. "Il faut bien garder à l'esprit que les notions de temps ne sont pas les mêmes pour les enfants que pour les adultes".

Seul ou accompagné? "Si l'enfant a des angoisses de séparation, il vaut mieux qu'il parte avec un ami, voire avec un frère ou une sœur", indique le pédopsychiatre. "Si c'est un enfant qui se crée facilement des liens, il peut partir seul. C'est aussi important pour l'enfant d'être neuf dans un univers nouveau", ajoute Stéphane Clerget.

"Ne pas interrompre l’enfant pendant une activité"

Le coût ? Les colonies de vacances privées sont les plus onéreuses. Mais il y aussi de nombreuses colonies municipales ou colonies d'entreprises dont les prix sont pondérés en fonction du quotient familial.

Faut-il appeler son enfant pendant la colo? "Les coups de fil rassurent les parents", estime Pascal Clerget. "Le mieux, c'est qu'il y ait des temps dans la journée pour ne pas interrompre l'enfant pendant une activité". Ou alors de choisir l’option lettre, pour initier l’enfant à ce mode de communication.