45.000 manifestants contre le mariage gay

  • A
  • A
45.000 manifestants contre le mariage gay
@ REUTERS
Partagez sur :

RESUME - Dans un contexte de radicalisation, les opposants au projet ont défilé. Les partisans étaient à la Bastille.

# L’ESSENTIEL

- Plusieurs dizaine de milliers ont défilé à Paris dans l’après-midi. Le cortège est parti de la place Denfert-Rochereau et a pris fin à l'esplanade des Invalides.

- 45.000 personnes ont défilé selon la police. Les manifestants étaient 270.000 selon les organisateurs.

- La manifestation a eu lieu sous haute surveillance policière, dans un contexte de nette radicalisation. Malgré les appels au clame, des débordements sont à craindre.

- L’UMP et le FN avaient une délégation dans le cortège.

- Une contre-manifestation des partisans du texte était organisée place de la Bastille.

# LE MINUTE PAR MINUTE

18h43. 270.000 manifestants, selon les organisateurs.La guerre des chiffres est lancée. Alors que la préfecture annonce 45.000 manifestants, les organisateurs estiment eux que 270.000 personnes ont défilé dimanche.

18h34. 3.500 manifestants à la Bastille. Les partisans du mariage gay étaient 3.500 rassemblés place de la Bastille, selon la préfecture de police.

bandeau-bastille

18h19. Guaino : "j'accuse la préfecture de police de mentir". Henri Guaino a réagi avec force au chiffre de 45.000 manifestants avancés par la préfecture de police. "Une fois de plus, on devrait éviter de ridiculiser à ce point-là la police. Le préfet de police devrait changer de métier", a-t-il dénoncé sur BFM TV. "C’était une énorme manifestation. 45.000, c’est un chiffre ridicule et mensonger. J’accuse la préfecture de police de mentir."

18h11. 45.000 participants, selon la police.La préfecture de police a délivré peu avant 18 heures son estimation du nombre de participants au cortège. Elle estime que 45.000 personnes ont manifesté entre Denfert-Rochereau et les Invalides. Aucun chiffre n'a été pour l'instant communiqué par les organisateurs de La Manif pour tous. L'une de ses porte-parole, Frigide Barjot, avait dit cette semaine attendre "entre 30.000 et 50.000" personnes.

17h41. Jego s'agace sur Twitter. Yves Jego, député UDI ouvertement favorable à la loi sur le mariage gay, s'est agacé du mélange entre les élus de la droite classique et les élus extrémistes. Il vise sans doute là Gilbert Collard, député Front National du Gard.



17h38. Guaino dans le cortège. Henri Guaino, l'ancien conseiller spécial de Nicoals Sarkozy à l'Elysée et très mobilisé contre le mariage gay, est dans la manifestation, comme en atteste ce tweet :



17h04. Trois interpellations. Trois manifestants en possession de bombes lacrymogènes, dont deux munis également de matraque et poing américain, ont été interpellés dimanche à Paris sur le trajet de La Manif pour tous des opposants au mariage homosexuel. Le premier, porteur de six bombes lacrymogènes, a été interpellé peu avant le départ de la manifestation et avait été désigné aux forces de l'ordre par le service d'ordre des organisateurs. Peu avant 16 heures, deux autres manifestants ont eux aussi été interpellés au niveau de la place Denfert-Rochereau, point de départ du cortège, avec "des bombes lacrymogènes, poing américain et matraque télescopique", a précisé une source policière.

16h48. Frigide Barjot au micro. La tête du cortège est arrivée aux Invalides, où Frigide Barjot a pris la parole sous les acclamation des manifestants. 



16h33. Pendant ce temps-là, à la Bastille... La contre-manifestation organisée place de la Bastille, à Paris, attire elle aussi du monde :



16h08. Boutin prise à partie en direct. Christine Boutin, l'une des politiques les plus déterminées contre le mariage gay, a été interpellée par une passante alors qu'elle répondait à des questions sur LCI.

(A partir de 40 secondes) :





16h01. La tête de cortège :

tet-cortege-reuters

15h42. Des Marianne dans la manifestation.



15h32. Le Pen : une manif "reprise en main" par l’UMP. Marine Le Pen (FN) a estimé dimanche sur France 2 que La Manif pour tous était désormais "reprise en mains par l'UMP". "Il y a des gens du FN qui vont aller manifester même si Mme (Frigide) Barjot a considéré qu'il fallait qu'elle donne la parole à tous les élus UMP qui le réclamaient mais refuse que des élus ou des représentants du Front national prennent la parole", a-t-elle expliqué.  "J'ai le sentiment que cette grande manifestation, qui, au départ, était apolitique, est en train très d'être largement reprise en mains par l'UMP, ainsi que son égérie Mme Barjot", a-t-elle affirmé. "Du coup, Marion Maréchal-Le Pen qui devait y aller n'ira pas à cette manifestation", a-t-elle indiqué, alors qu'elle était questionnée sur sa position.

15h11. "Hollande, ta loi, on n'en veut pas". Le cortège a quitté vers 14h45 la place Denfert-Rochereau pour s'acheminer vers les Invalides, aux cris de "Hollande, ta loi, on n'en veut pas". Les porte-parole de La Manif pour tous ont pris place en tête du cortège, devant des femmes déguisées en Marianne, habillées de blanc avec bonnet phrygien et Code civil à la main, pendant que retentissaient sifflets et cornes de brume.

14h51. Collard au côté de la droite. Le député socialiste Yann Galut relaye la présence de Gilbert Collard, député du rassemblement Bleu marin, qui défile côte à côte avec des élus UMP.



14h31. Un manifestant interpellé. Un manifestant, porteur de six bombes lacrymogènes, a été interpellé dimanche en tout début d'après-midi à Paris près du trajet de La Manif pour tous des opposants au mariage homosexuel,  a annoncé un policier au ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, en présence de la presse. Ce policier, un officier de CRS, a précisé au ministre que l'homme interpellé avait été désigné par le service d'ordre de La Manif pour tous.

12h44. Barjot appelle au calme. "Nous voulons une manifestation pacifique et nous rejetons tous les groupes qui s'en prennent directement aux personnes homosexuelles", a affirmé Frigide Barjot, figure du mouvement, juste avant le défilé. "Le Printemps français, Béatrice Bourges, les Hommen et les groupuscules identitaires n'ont pas leur place dans notre cortège", a-t-elle expliqué.