340.000 personnes contre le mariage gay

  • A
  • A
340.000 personnes contre le mariage gay
@ MAXPPP
Partagez sur :

MINUTE PAR MINUTE - Les opposants au mariage pour tous se réunissent à Paris.

#L'ESSENTIEL

340.000 personnes, selon la Préfecture de police, ont manifesté dimanche à Paris contre le projet de loi sur le mariage pour tous. Les organisateurs en revendiquent 800.000.

Après avoir défilé dans les rues de Paris, ils se sont rassemblés sur le Champ-de-Mars, ils ont appelé le gouvernement à faire machine arrière.

La majorité n'entend pas plier. Dans un communiqué, François Hollande a indiqué que le texte serait présenté à l'Assemblée le 29 janvier, comme prévu.

#MINUTE PAR MINUTE

Les opposants au mariage homosexuel se sont réunis pour une démonstration de force à Paris. Une manifestation que l'Eglise soutient et à laquelle participent des cadres de l'UMP et du FN. Le collectif organisateur de l’événement, "La Manif pour tous", a annoncé 800.000 personnes rassemblées, tandis que la police évoque 350.000 participants.

>> Cet article est actualisé en temps réel. Cliquez ici pour le réactualiser. Suivez "La manif pour tous", grâce aux reporters d'Europe 1.

20h20. C'est la fin de ce live.

Vers 20 heures, les derniers manifestants ont quitté le Champ-de-Mars. Merci d'avoir suivi l'évènement en notre compagnie.

19h24. Les intégristes manifestent à part

Les catholiques intégristes, qui répondaient à l'appel de Civitas pour manifester contre le mariage gay, ont fait bande à part dimanche. Après une longue attente place Pinel, à Paris XIIIe, scandée de prières et de discours, plusieurs milliers de personnes -8.000 selon la police, 40 à 50.000 selon les organisateurs- se sont mises en marche en chantant "Marie, priez pour nous" derrière une banderole proclamant "Le mariage c'est sacré".

18h10. François Hollande ne bougera pas

La manifestation de dimanche contre le mariage homosexuel est "consistante" mais ne modifie pas la volonté du gouvernement d'avoir un débat au Parlement pour permettre le vote du projet de loi l'autorisant, a déclaré l'Elysée. "La manifestation, si l'on en croit les images et les chiffres qui doivent être confirmés, est consistante, elle exprime une sensibilité qui doit être respectée mais elle ne modifie pas la volonté du gouvernement d'avoir un débat au Parlement pour permettre le vote de la loi", a-t-on expliqué.

17h40. 340.000 personnes, selon la police.

Quelque 340.000 manifestants ont défilé dimanche à Paris contre le mariage homosexuel, une promesse de François Hollande, a annoncé la préfecture de police de Paris.

17h17. 800.000 manifestants, selon les organisateurs.

La manifestation à Paris contre le projet gouvernemental de  mariage et d'adoption pour les homosexuels a rassemblé dimanche 800.000 personnes, ont annoncé les organisateurs. A titre de comparaison, ils étaient 350.000 dans toute la France, lors d'un rassemblement similaire en novembre dernier. Aucun chiffre de source policière n'est disponible pour l'instant.

17h. Le PS "ira jusqu'au bout", selon Harlem Désir

Harlem Désir, premier secrétaire du Parti socialiste, a affirmé dimanche la volonté de son parti d'aller "jusqu'au bout" pour l'instauration du mariage homosexuel, et ce malgré la manifestation contre ce projet de loi. "Le Parti socialiste ira jusqu'au bout de la grande réforme de progrès voulue par les Français", a indiqué M. Désir, ajoutant : "le droit à manifester est garanti dans notre pays, mais je tiens à rappeler l'entière détermination des socialistes à inscrire dans la loi le droit pour tous ceux qui s'aiment de se marier et d'adopter".

16h55. Un débat aura lieu sur la PMA

La ministre des Affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, a défendu le mariage pour tous et a indiqué qu'un débat allait avoir lieu avant une réforme de la procréation médicale assistée (PMA), dimanche sur Canal Plus. "La PMA appelle un débat, nous avons besoin de réfléchir à certaines implications pour l'ensemble des couples concernés", a-t-elle dit. "Nous allons réfléchir à tout cela, nous donner le temps de préparer correctement une loi qui a des implications bioéthiques."

16h50.Des manifestants jusqu'à Moscou

16h22. Le Champs-de-Mars est couvert de monde

16h15. Sur le Champ-de-Mars, "les Mariannes défilent pour défendre le Code Civil" 

16h05. Sur le passage de la manif, on affiche ses couleurs...

 

15h55. La famille "papa-maman", tube de la manif

Les opposants au mariage gay de tous âges, seuls ou en famille, chantent leur hymne en battant le pavé parisien : "Les papas, les mamans, dans la rue on descend, le mariage on défend".

Partout, les pancartes proclament "tous nés d'un homme et d'une femme" ou égrènent les revendications des manifestants: "On veut du sexe, pas du genre", "Nos ventres ne sont pas des caddies". On lit aussi : "papa-maman et les enfants, c'est naturel", "Y'a pas d'ovule dans les testicules", "mariage gay: la loi prive l'enfant d'une mère ou d'un père".
Une autre appelle au secours: "Jospin revient, ils sont devenus fous", ou encore plus décalée: "Chirac président!" Et "Mitterrand démission".

15h45. La droite mobilisée

De nombreux élus de l'UMP défilent à partir des Gobelins, dont Christian Jacob, président du groupe à l'Assemblée nationale, et les anciens ministres Laurent Wauquiez et Patrick Ollier.

Ainsi, Christian Jacob a déclaré que "les députés sont très nombreux, il y a une écrasante majorité des députés qui sont là sur le groupe UMP (...) . Les Français sont dans la rue, on est à leurs côtés pour qu'il y ait ce grand débat national et on peut l'avoir par un référendum."

Le député des Yvelines Henri Guaino, a déclaré dans la manifestation être "dans la rue aujourd'hui pour que la parole soit donnée au peuple. J'en attends que le président de la République comprenne que ce projet doit être soumis à référendum, il ne peut pas être adopté par le Parlement".

Pour l'ancien ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, doit être "l'expression forte d'une opposition d'une large partie des Français à un mauvais projet qui met en cause fondamentalement la structure de notre société, dont on ne sait pas où il nous mène, et qui nous trace la perspective de faire de l'enfant un objet, ce que je refuse absolument."

15h20. Mgr Barbarin : "d'une grande violence" que changer le sens du mot mariage 

"La manif, c'est une autre manière de s'exprimer, un peu plus rude mais démocratique (...) Ce parlement a décidé de changer le sens du mot mariage. C'est d'une grande violence pour le peuple que de changer le sens d'un mot", a déclaré, le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, présent dans la manifestation parisienne.
 

15h15. 1.800 et 5.000 manifestants à La Réunion 

Environ 5.000 personnes selon les organisateurs, 1.800 selon la police, ont manifesté dimanche à Saint-Denis contre le mariage homosexuel, à l'appel d'un collectif soutenu par l'évêque de la Réunion. Brandissant les pancartes sur lesquelles on pouvait lire, "sauvons le mariage, sauvons la famille", "avec papa maman, j'existe", les manifestants ont descendu la rue de Paris à partir de 15 heures locales (12 heures à Paris) après un pique-nique au Jardin de l'Etat.

L'église de la Réunion était fortement représentée avec la présence de l'évêque de la Réunion, Mgr Gilbert Aubry et une dizaine de prêtres en soutane qui ont défilé aux côtés de plusieurs maires de droite. Sur le parcours, la manifestation, organisée à l'appel d'un collectif "tous pour le mariage homme-femme", a croisé un couple de femmes homosexuelles qui ont dénoncé un "combat d'arrière garde". Le 9 décembre dernier, le collectif avait déjà organisé une première manifestation qui avait rassemblé 4.000 personnes selon lui, et 1.800 selon la police.

15h00. Marisol Touraine :  "sans doute moins de manifestants que ne l'espéraient les organisateurs"

Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, a déclaré dimanche sur Canal+ qu'"il y a sans doute moins de manifestants dans la rue que ne l'espéraient les organisateurs" de la manifestation contre le mariage homosexuel. La ministre a ajouté qu'il fallait "entendre, écouter avec respect" l'opposition à ce projet de loi, qui sera examiné à compter du 29 janvier à l'Assemblée nationale.

Tout en déplorant que certains manifestants "dérapent", la ministre a assuré qu'elle "respectait l'ensemble des positions". "Pour autant, le gouvernement l'avait annoncé à l'occasion de son programme, c'est un engagement du président de la République. Il s'agit de faire faire une avancée très considérable à notre société en reconnaissant l'égalité de tous", a-t-elle dit.

14h30. Le départ de Civitas retardé 

Le départ de la manifestation contre le projet de mariage homosexuel organisée par l'Institut Civitas, proche des catholiques intégristes, et d'autre organisations conservatrices, était retardé dimanche afin d'éviter tout amalgame avec la Manif pour tous.

En attendant, 'l'institut organise une prière de rue" :

13.01-civitas.prière.bock

© Matthieu Bock/Europe1

Sur certaines pancartes place Pinel, on peut lire le sloggan "Catho mais pas barjo", en référence à Frigide Barjo, l'humoriste catholique, égérie du collectif "Manif pour tous". "On cherche l'amalgame entre notre manifestation pacifique, ouverte et accueillante, avec des gens qui refusent d'enlever leur banderole ou des signes identitaires",avait-elle notamment déclaré samedi.

13.01-civitas.manif.barjo

© Matthieu Bock/Europe1

14h00."La tête du cortège ouest arrive bientôt au Champ-de-Mars"

• 13h40. Pendant ce temps là à Rome... les Femen se déshabillent. Quatre militantes du mouvement Femen, en faveur du droit des femmes et des homosexuels, se sont brièvement mises nues place Saint-Pierre à Rome dimanche, pendant que le pape récitait l'Angelus, avant d'être  interpellées. Les quatre femmes s'étaient placées au côté de l'Arbre de Noël sur la place devant la basilique Saint-Pierre. Dès que le pape est apparu à sa fenêtre pour l'Angelus, elles se déshabillées en quelques secondes. Les militantes arboraient sur leur corps l'inscription "In gay we trust", allusion à "in god we trust" (en Dieu nous croyons, la devise officielle des États-Unis). L'action n'a duré que quelques minutes et elles ont été immédiatement interpellées.

• 13h20. Copé : "un test pour François Hollande". Le président de l'UMP, Jean-François Copé, a jugé dimanche que la manifestation parisienne contre le mariage homosexuel constituait "un test pour François Hollande", avant de commencer à défiler à partir de la place d'Italie. "Ça a valeur de test pour François Hollande parce que là on voit très clairement qu'il y a en France des millions de Français qui sont probablement préoccupés par cette réforme", a-t-il dit aux journalistes qui se pressaient autour de lui. "On manque d'information. Les Français ne savent pas que les conséquences premières de cette réforme sera de rayer d'un trait de plume dans le code civil la référence au père et à la mère", a ajouté le député de Seine-et-Marne.

• 13h10. Premier dérapage : Hollande comparé à Hitler. Un des organisateurs de la "Manif pour tous", Xavier Bongibault, interrogé par BFMTV au départ de la manifestation, a comparé François Hollande à Adolf Hitler.

"On vous explique que les homosexuels sont pour ce projet de loi, parce qu'ils sont homosexuels. C'est une logique choquante et homophobe de la part de ce gouvernement", affirme-t-il avant de précisé sa pensée : "c'est dire que tous les homosexuels n'ont pour seul instinct (politique) que leur instinct homosexuel. C'est la logique qui était déjà défendue par un homme que l'Allemagne a bien connu à partir de 1933. Et c'est la ligne de François Hollande soutient aujourd'hui".

• 13h05. Marine Le Pen absente du cortège. Marine Le Pen a expliqué dimanche dans le Tarn avoir délibérément choisi de ne pas participer à la manifestation parisienne des opposants au mariage homosexuel pour dénoncer une "tentative de diversion" de la classe politique au détriment des vrais problèmes que rencontrent les Français. "Moi j'ai voulu que mon absence soit symbolique", a lancé la présidente du Front national devant la presse à Laboutarié, village du Tarn où elle a expliqué s'être rendue en remplacement de Louis Aliot pour une rencontre et une galette des rois avec les militants locaux.

Une absence que le député européen du Front national Bruno Gollnisch a dit "regretter" alors que lui même s’apprêtait à participer la manifestation. Interrogé à son arrivée Porte Maillot, d'où partiront les manifestants FN, Bruno Gollnisch a répondu : "je la regrette mais je ne peux pas la forcer; c'est quelqu'un qu'on contraint assez difficilement, chacun sait que j'étais en faveur de la présence de tout le monde mais ça relève de sa liberté". "Le FN soutient cette manifestation", a affirmé Bruno Gollnisch, qui avait été en 2011 le rival de Marine Le Pen pour la présidence du parti.

 13h00 Mgr Vingt-Trois venu apporter son "soutien". L'archevêque de Paris, Mgr André Vingt-Trois, s'est rendu à Denfert-Rochereau pour manifester son "soutien" et ses "encouragements" aux organisateurs de la manifestation contre le mariage homosexuel.

"Je veux manifester mon soutien et mes encouragements aux organisateurs et que les Francais puissent dire ce qu'ils pensent vraiment" du mariage homosexuel, a-t-il affirmé.  "Le gouvernement a ses responsabilités", a ajouté le cardinal, souhaitant qu'il puisse "trouver d'autres formules". "J'attends des hommes politiques et des femmes politiques qu'ils fassent travailler leur imagination pour mettre au point des formules qui satisfassent le règlement des situations difficiles sans pour autant transformer le mariage", a-t-il précisé.

12h55 Plusieurs milliers de manifestants convergent vers les différents points de départ de la manifestation.

De nombreux autocars de manifestants arrivant de province se trouvent encore bloqués à la périphérie de Paris et devaient être escortés par les forces de l'ordre pour arriver plus rapidement dans la capitale, selon une source proche du dossier.

- Place Denfert-Rochereau, à Paris XIVe, où se trouvent les principaux porte-parole de la "Manif pour tous", la foule de quelques milliers de personnes est éparpillée dans plusieurs rues. Beaucoup de familles, de jeunes, d'enfants, avec des ballons bleus, rose, blancs se rassemblent.

- Près de la place d'Italie, dans le XIIIe arrondissement, des élus UMP, dont le président du parti Jean-François Copé, sont réunis derrière une banderole "Tous gardiens du code civil". Quelques centaines de personnes sont réunies Place d'Italie et se préparent à les rejoindre. Le camion sono arbore une banderole "tous nés d'un homme et d'une femme".

- Porte-Maillot, dans le XVIIe arrondissement, l'affluence reste modeste avec plusieurs grappes de personnes à différentes intersections de la place. Au total, 8.000 bénévoles du collectif "Manif pour tous" sont chargés de la sécurité, reconnaissables à leur maillot jaune.

• 12h45 : Matthieu Bock, reporter d'Europe 1 sur place, a pu se procurer la feuille de chants de la "Manif pour tous" :

12h30 : Civitas place Pinel. Le mouvement catholique intégriste se rassemble sur cette place du 13ème arrondissement avant de rejoindre le cortège.

 • 12h00 : Trois cortèges pour une manifestation. Pour cette marche, trois cortèges partent de la porte Maillot, dans le XVIIe, de place d'Italie dans le XIIIe, et de Denfert-Rochereau, dans le XIVe arrondissement, pour rallier le Champ-de-Mars, dans le VIIe au pied de la Tour Eiffel, comme prévu par le collectif "La Manif pour tous", organisateur de l'événement.