34% des Français téléphonent toujours au volant

  • A
  • A
34% des Français téléphonent toujours au volant
@ Max PPP
Partagez sur :

MAUVAISES HABITUDES - Les Français roulent trop vite en ville et téléphonent au volant, selon un baromètre TNS Sofres.

Depuis dix ans, l'usage du téléphone "a révolutionné les habitudes de conduite des Français", avec deux fois plus de conducteurs qui reconnaissent téléphoner au volant. C'est l'un des enseignement du baromètre annuel Axa, à paraître mardi.

Les jeunes ont du mal à lâcher leur portable. Selon cette étude, "34% des conducteurs reconnaissent téléphoner au volant" à la fin 2013 (18% en 2004). C'est le "point noir" du baromètre. Parmi les personnes qui l'avouent, "42% n'utilisent pas de kit mains libres" et un conducteur sur cinq "s'autorise même la consultation ou l'envoi de SMS au volant". L'usage du téléphone est particulièrement répandu chez les jeunes (18-25 ans). Ils sont plus d'un sur deux (57%) à déclarer téléphoner au volant contre un tiers chez l'ensemble des automobilistes.

Une conduite trop rapide en ville. D'autres comportements à risque sont en augmentation, comme la conduite en état de fatigue puisque 30% des conducteurs admettent conduire 4 à 5 heures d'affilée sans s'arrêter en 2014 (23% il y a dix ans). La Prévention routière conseille de s'arrêter au moins toutes les deux heures. En ville (vitesse limitée à 50 km/h), "les mauvais comportements persistent" entre 2004 et 2014 avec un automobiliste sur deux qui reconnaît rouler "à plus de 65 km/h" et 3 sur 4 qui ne s'arrêtent pas systématiquement à un feu orange.

Un mieux sur la conduite en état d’ivresse. L'enquête note néanmoins quelques progrès en matière de vitesse et d'alcool. La part des Français qui disent rouler à plus de 170 km/h sur autoroute est passée de 3 sur 10 à 2 sur 10 en dix ans. Et les Français sont deux fois moins à prendre le volant après avoir bu 4 à 5 verres d'alcool, soit 6% en 2014.

Cette enquête menée par l'institut TNS Sofres pour Axa Prévention a été réalisée du 12 au 24 décembre 2013 auprès d'un échantillon national représentatif de 1.200 automobilistes et d'un échantillon complémentaire de 350 jeunes conducteurs (18-25 ans).

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460_scalewidth_460

RARETÉ - Un automobiliste souffle dans un alcootest tous les cinq ans

ACCIDENT - Les constats bientôt sur smartphone

SÉCURITÉ ROUTIÈRE - Des radars fixes "double face" bientôt testés

SUCCÈS - Les nouveaux radars mobiles ont flashé 300.000 automobilistes