31% des Français pour les grèves reconductibles

  • A
  • A
31% des Français pour les grèves reconductibles
@ MAXPPP
Partagez sur :

<CUSTOM NAME="HIGHLIGHT">EXCLU</CUSTOM> - Selon un sondage Europe 1, une majorité estime que le mouvement va se prolonger.

S’ils semblent majoritairement opposés à la réforme des retraites, les Français sont aujourd’hui divisés face à la radicalisation du mouvement et à l’annonce d’une grève reconductible à compter du mardi 12 octobre. C’est le principal enseignement d’un sondage exclusif Ipsos pour Europe 1, dévoilé dimanche.

La grève reconductible va durer

Premier constat : les Français s’accordent à penser que les grèves reconductibles du 12 octobre prochain vont durer : 36% d’entre eux estiment que ce mouvement se poursuivra quelques jours, 44% prédisent même une durée plus prolongée. Seuls 15% des sondés font le pronostic que le mouvement va s'arrêter très vite. Les Parisiens sont les plus inquiets puisque six Franciliens sur dix redoutent un mouvement reconductible.

Divisés sur la radicalisation du mouvement

Sur leur souhait concernant la durée de ces grèves reconductibles, les Français sont en revanche très partagés : 49% d’entre eux espèrent qu’elles s’arrêteront très rapidement, contre 17% qui veulent qu’elles durent quelques jours et 31% qui se déclarent en faveur d’un mouvement de longue durée. A noter que les salariés du public sont seulement 34% à souhaiter que ces grèves reconductibles s'arrêtent très vite, contre 47% pour ceux du privé.

Dans le détail, les sympathisants de l’UMP, mais aussi ceux du MoDem, souhaitent à une large majorité (respectivement, 79% et 68%) que les grèves s’arrêtent le plus tôt possible, alors que les sympathisants du PS penchent pour un durcissement du mouvement avec des arrêts de travail d’au moins quelques jours (23%) voire au-delà (42%). Les

Sondage Ipsos effectué pour Europe 1 les 8 et 9 octobre. Enquête réalisée par téléphone auprès d'un échantillon national de 961 personnes, représentatif de l'ensemble de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de famille, catégorie d’agglomération et région).