30 tonnes d’obus dans son jardin

  • A
  • A
30 tonnes d’obus dans son jardin
Les démineurs ont 30 tonnes d'obus à déminer, l'opération va durer une semaine à Coucy-lès-Eppes, dans l'Aisne.@ MAXPPP
Partagez sur :

En travaillant dans son jardin, un habitant de l’Aisne a découvert un stock militaire allemand.

Un village entier déserté à cause des bombes allemandes… Ce n’est pas une scène de film de guerre mais la folle semaine que vivent les habitants du village de Coucy-sur-Eppes, dans l’Aisne. Ils ont été évacués lundi matin pour procéder à une vaste opération de déminage d’obus datant de la Première guerre mondiale. L’opération doit durer toute la semaine.

Cette opération de déminage fait suite à la découverte, fin septembre, d’un important stock d’obus. C’est en effectuant des travaux de terrassement dans son jardin qu’un habitant de cette commune rurale a découvert un obus, puis un deuxième, puis un troisième, etc.

Une opération de déminage d’envergure

Rapidement dépêchés sur place, les démineurs de la sécurité civile de Laon évaluent qu’il reste sous terre environ trente tonnes d'obus non chimiques sur une surface de 16 mètres de long sur 1,5 mètre de large. “Les reconnaissances ont montré qu'il s'agit d'un dépôt d'obus d'artillerie de nationalité allemande“, a précisé la préfecture.

Le volume d’explosif est tel que les démineurs vont recevoir des renforts d'autres régions de France. "Vingt-six personnes sont mobilisées, réparties en équipes. L’équipe de relève sera installée dans un poste de repli, proche de la zone de travail", a précisé au quotidien L'Aisne nouvelle François Vincent, le chef du centre de déminage de Laon. Ils vont devoir dégager 1.652 obus se trouvant à 80 centimètres de profondeur.

Tout le village évacué

Un périmètre de sécurité de plus de 500 mètres a été défini, englobant presque toute la commune, où résident 582 habitants. Ce périmètre de sécurité est valable du lundi 22 au vendredi 26 novembre, le temps que les démineurs puissent déblayer les obus.

Les élèves de l'école maternelle de la commune sont pris en charge dans un collège d'une ville proche.