30 ans de réclusion pour le cannibale

  • A
  • A
30 ans de réclusion pour le cannibale
@ MAX PPP
Partagez sur :

Nicolas Cocaign a été condamné à 30 ans de prison, dont 20 ans de sûreté.

Nicolas Cocaign, accusé d'avoir tué un codétenu en janvier 2007 et d'avoir mangé un morceau d'un de ses poumons, a été condamné jeudi à trente ans de réclusion criminelle, assortie d'une peine de sûreté de 20 ans. Les jurés de la cour d'assises de Seine-Maritime ont suivi le réquisitoire de l'avocate générale.

"Sa place est en prison"

Dans son réquisitoire, le parquet a écarté l'hypothèse de l'irresponsabilité pénale de Nicolas Cocaign. "Un homme qui bascule dans l'horreur n'est pas forcément atteint de folie", a insisté Elisabeth Pelsez, estimant que le discernement de l'accusé était "altéré" mais pas "aboli" au moment des faits.

"Sa place est en prison", avait-elle déclaré lors de son réquisitoire, soulignant la nécessité de "protéger la société" et de "prévenir les risques de renouvellement". Elle a cependant dit avoir pris en compte l'état psychiatrique de l'accusé, en ne demandant pas la réclusion criminelle à perpétuité.

Les experts psychiatres, divisés lors de l'instruction, sont encore apparus encore partagés à l’audience. Majoritaire, le Dr Jean-Claude Archambault a reconnu que l’accusé était "dangereux" mais a assuré qu’il pouvait être jugé. Pour le Dr Lamothe, au contraire, Nicolas Cocaign souffre de schizophrénie. Cet expert a préconisé des soins institutionnels "lourds".

Une "montée d'adrénaline"

"J'ai eu une montée d'adrénaline", a dit à la barre Nicolas Cocaign pour expliquer son geste. "Je l'ai fait par curiosité pour manger de la chair humaine", a-t-il ajouté.

Le 2 janvier 2007, Nicolas Cocaign, obéissant "à une pulsion d'agressivité", avait frappé son co-détenu Thierry Baudry à coups de poings et de ciseaux avant de l'étouffer avec des sacs-poubelle, et de prélever un morceau de ses poumons pour le manger.