24.000 postes supprimés dans l'armée

  • A
  • A
24.000 postes supprimés dans l'armée
François Hollande a confirmé la suppression de 24.000 postes dans l'armée préconisées par le Livre Blanc de la Défense.@ Arnaud Beinat / MaxPPP
Partagez sur :

Hollande a confirmé les suppressions de postes préconisées par le Livre Blanc de la Défense.

Le chiffre. François Hollande a confirmé vendredi les 24.000 nouvelles suppressions de postes dans les armées d'ici à 2019, soit près de 10% des effectifs. Le président de la République entérine ainsi les grandes orientations du Livre Blanc de la Défense, qui lui a été remis fin avril.

>> A lire aussi :  Ce que prévoit le livret blanc

Objectif de 250.000 personnels. "Au terme de la loi de programmation militaire 2014-2019, les effectifs du ministère seront réduits de 24.000 hommes supplémentaires pour atteindre des effectifs de l'ordre de 250.000 personnels de la défense", a déclaré François Hollande, dans un discours prononcé à l'Institut des hautes études de la Défense nationale (IHEDN). Le chef de l’État a toutefois tenu à rappeler que les effectifs des armées en France figurent parmi les plus importants en Europe.

Des réservistes pour la cyberdéfense. Le président a indiqué que des réservistes seraient spécialement affectés à la cyberdéfense. Dans son discours, le chef de l'Etat et des armées a salué "les réserves opérationnelle et citoyenne (...) souvent mal connues, souvent ignorées du grand public et qui associent des Français de toutes conditions, de tous métiers, au bon fonctionnement des armées". "Nous y ajouterons, dans ces réserves, une branche nouvelle pour la cyberdéfense, dont l'objectif sera de mobiliser de jeunes techniciens et informaticiens aux enjeux de la sécurité", a-t-il ajouté.

>> A lire aussi :  Les cyber-attaques, mieux vaut en parler

Le budget maintenu. François Hollande a aussi confirmé le maintien "à son niveau actuel" de "l'effort pour notre défense". "Le budget sera fixé en 2014 à 31,4 milliards d'euros, c'est-à-dire exactement le même montant qu'en 2012 et en 2013. Pour l'ensemble de la période 2014-2025, cela représentera 365 milliards d'euros, dont 179,2 milliards d'euros pour la période 2014-2019", a-t-il détaillé.