2013 sous le signe de l'homoparentalité
© MAXPPP

Né à minuit une, Sasha est l'un premier bébé de l'année mais aussi le fils d'un couple gay.

C'est le premier bébé de l'année 2013. A minuit et une minute le 1er janvier, Sasha voyait le jour, à Moulins, dans l'Allier. Signe du destin ? Le nouveau-né a en tout cas la particularité d'avoir non pas une, mais deux mamans. Maude et Delphine, pacsées depuis 2010, ont pu bénéficier d'une insémination artificielle pratiquée en Belgique, où le procédé est autorisé pour les couples de même sexe.

"On a eu la chance d'avoir une seule insémination"

"On a eu la chance d'avoir une seule insémination, et ça a pris tout de suite", raconte Delphine au micro de FranceTVInfo. "Tout le monde était prêt à fonder notre petite famille, et tant mieux".


En plein débat sur le mariage homosexuel, cette nouvelle apporte un peu d'humain à un dossier. Reste un problème pour le couple : si les deux mères élèveront ensemble leur enfant, seule Maude, celle qui a porté le bébé, en est considérée comme la mère officielle. Les deux femmes attendent donc avec impatience un changement de la législation.

Pour l'instant, le projet de loi sur le mariage pour tous ne prévoit rien en ce qui concerne l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux homosexuels, le procédé restant pour l'instant réservé aux raisons médicales. En revanche, les députés socialistes se sont accordés sur l'idée d'un amendement allant dans le sens de l'ouverture de la PMA aux couples de femmes.

>> A LIRE : Mariage gay : l'école catholique s'en mêle