2011, un millésime prometteur

  • A
  • A
2011, un millésime prometteur
La maturité du raisin est "bonne", selon les vignerons.@ MAXPPP
Partagez sur :

Très précoces cette année, les vendanges augurent d'un cru exceptionnel à tout point de vue.

Le cocktail météo de ces derniers mois a profité aux vignobles français. Précocité, qualité, quantité : grâce à la sécheresse du printemps et la pluie de juillet, les vendages 2011 s'annoncent hors du commun à plus d'un titre.

Une précocité atypique. La plupart des viticulteurs vont vendanger avec une avance de 10 à 30 jours, du "jamais vu" selon Jérôme Despey, président de la branche viticole de France Agrimer : "pour la première fois, on va avoir sur toute l'Aquitaine, la Champagne, l'Alsace, la Bourgogne, le Beaujolais trois à quatre semaines d'avance", a-t-il relevé sur Europe 1.

Des situations inédites

Une première vague de récolte devrait ainsi débuter à la mi-août sur les cépages Sauvignon et Chardonnay. Le gros des récoltes devrait se dérouler fin août ou début septembre.

La précocité du cru 2011 devrait donner lieu à des situations inédites : des régions comme la Champagne et l'Alsace pourraient ainsi donner leurs premiers coups de sécateurs en même temps que certains vignobles du Languedoc-Roussillon.

La quantité au rendez-vous. Sauf incident climatique majeur, tel que la grêle, la récolte 2011 devrait atteindre 47,6 millions d'hectolitres. Ce serait davantage que la dernière récolte (45,3 millions d'hl) marquée par un été désastreux mais sauvée par un mois de septembre ensoleillé.

Des vins "fruités et aromatiques" ?

Un bon millésime. "La récolte qui s'annonce est vraiment optimale", a estimé le président de la branche viticole de France Agrimer mercredi sur Europe 1. D'après lui, la maturité du raisin est "bonne" ce qui annonce "un bon millésime dans tous les bassins de production".

Même ressenti chez Pierre Descotes, viticulteur en Coteaux du Lyonnais qui prédit, au micro d'Europe 1, des "vins de caractère" certainement "très fruités et très aromatiques". Nicolas de Rouyn, rédacteur en chef chez Bettane & Desseauve, prévoit lui aussi "un bon millésime" mais probablement pas aussi "exceptionnel" que celui de 2009.

La prudence reste de mise. Si les risques de maladie et de manque d'eau semblent désormais écartés, la grêle peut encore tout gâcher préviennent les viticulteurs. La météo au moment des vendanges sera décisive : en cas de fortes chaleurs, le raisin peut perdre rapidement ses arômes mais de fortes pluies ou du froid seraient encore plus néfastes.