18 mois ferme pour six ans de violences

  • A
  • A
18 mois ferme pour six ans de violences
@ MAXPPP
Partagez sur :

A Versailles, un ingénieur était jugé lundi pour "violences graves" sur sa femme.

Un ingénieur de 33 ans poursuivi pour avoir maltraité sa femme pendant six ans à leur domicile d'Andrésy, dans les Yvelines, a été jugé lundi en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Versailles. Il a écopé de trois ans de prison dont 18 mois avec sursis et à une mise à l'épreuve de trois ans, avec notamment l'obligation de soin et l'interdiction d'entrer en contact avec son épouse, qui a obtenu 5.000 euros de dommages et intérêts.

La procureure Nathalie Rubio, qui a dénoncé le "système pervers" mis en place par cet homme au sein du couple, a également réclamé que sa peine soit assortie d'un mandat de dépôt en vue de l'incarcération immédiate du prévenu. "Vous n'avez même pas l'excuse de la précarité sociale", a-t-elle lancé au prévenu.

"Mon mari est dangereux, il voulait me tuer et il me l'a dit, il me disait que j'étais une moins que rien, une smicarde, une Bac -10", a déclaré à la barre l'épouse du prévenu, une trentenaire fluette, qui a précisé qu'elle demandait "le divorce".

A la sortie de l'audience, Delphine, la victime, ne cachait pas son soulagement. "Je suis libre, j’ai dit ce que j’avais à dire, naturellement, sincèrement, et sans remords", a témoigné la jeune femme de 30 ans.

"La prison, il la mérite", a-t-elle aussi déclaré :

"Un couple de gens ordinaires"

Ce père de famille est soupçonné d'avoir violenté régulièrement depuis 2004 son épouse, âgée de 30 ans, mère de leurs deux enfants et enceinte d'un troisième, qui a fini par alerter la police au début du mois de juin après s'être réfugiée dans sa famille. Elle leur a indiqué avoir été rouée de coups dans la nuit du 4 au 5 juin par son mari qui lui reprochait d'avoir ramené dans leur chambre leur petit garçon qui n'arrivait pas à dormir.

La victime a ensuite révélé aux policiers qu'elle subissait les coups de son mari depuis plusieurs années. "Elle a parlé petit à petit. Il s'agit d'un couple de gens ordinaires, d'un ingénieur inconnu des services de police et de son épouse", a indiqué une source proche de l'enquête. "Cet homme avait malheureusement pris l'habitude de maltraiter sa femme", a ajouté cette même source.

Un poignet et un bras cassés

Par le passé, le mari violent a notamment cassé le poignet de son épouse en utilisant une porte. Il lui a également brisé le bras avec une batte de base-ball. "Cette jeune femme a subi ces violences sans réagir car elle était éprise de son mari", a précisé cette même source. Placé en garde à vue au commissariat de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), le mari a reconnu les faits, selon la même source. Un expert psychiatre a estimé qu'il faisait preuve de "dangerosité au sens criminologique du terme".