18 mois avec sursis requis pour les Lavier

  • A
  • A
18 mois avec sursis requis pour les Lavier
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le couple était jugé pour maltraitance et corruption sur leurs enfants. Décision fin février.

Le parquet de Boulogne-sur-Mer a requis des peines de 18 mois de prison avec sursis à l'encontre des époux Lavier. Sandrine et Frank, deux des acquittés de l’affaire Outreau, comparaissent cette fois pour des faits de "corruption de mineurs" et "violences habituelles sur mineurs". Des chefs pour lesquels le couple de 33 et 34 ans encourt jusqu'à sept ans de prison et 100.000 euros d'amende.

Sandrine et Frank Lavier sont jugés avec quatre de leurs proches. Le procureur a demandé des peines de huit mois de prison avec sursis pour trois d'entre eux et une dispense de peine pour le quatrième. Les avocats des époux Lavier ont, quant à eux, plaidé la relaxe et une "peine symbolique". La décision a été mise en délibéré au 23 février.

"Des violences répétées et cruelles"

Le procureur a notamment dénoncé des "violences répétées et cruelles d'ordre physique, mais aussi psychologiques" à l'encontre des enfants. "A chaque fois, Frank et Sandrine Lavier ont tenté de reporter la faute sur les enfants, en disant qu'ils étaient difficiles, mais à aucun moment, ils n'ont pris leurs responsabilités", s'est insurgée la magistrate. "Ces enfants ont été vus par leurs parents comme des mauvais objets", a-t-elle martelé.

Pour le ministère public, la corruption de mineurs est "caractérisée" et a été constatée dans des "scènes répétées". "Quelle genre d'images familiales a-t-on renvoyé à ces enfants avec ces scènes obscènes et répétées ? On nous dit qu'il s'agit juste de délires, de fêtes, mais mimer des actes sexuels, passant de la fellation à la sodomie, en quoi peut-on dire que c'est une fête ?". "La corruption de mineurs, c'est d'exposer au regard des enfants des scènes manifestement obscènes sans chercher à les protéger, on est ici manifestement dans ce cas", a conclu le procureur.

Début 2011, deux de leurs cinq enfants avaient dénoncé des maltraitances sans caractère sexuel, après avoir fugué et avoir été placés chez une assistante maternelle. L'examen médical pratiqué sur les enfants avait révélé des traces de coups.

Le couple nie la violence et les faits de corruption

Les enquêteurs avaient ensuite retrouvé dans l'ordinateur de Frank Lavier, la vidéo d'une soirée en famille très arrosée et au cours de laquelle les adultes se seraient livrés à des simulations de jeux sexuels, en partie dénudés, et dont aurait été témoin, au moins, un enfant de l'entourage du couple. De nouvelles perquisitions effectuées chez deux des proches du couple ont permis de découvrir d'autres photos et vidéos de soirées similaires entre 2008 et 2009.

Jeudi, Sandrine et Frank Lavier ont nié les faits de violence et de corruption à l’égard de leurs enfants. Ils ont toutefois reconnu et regretté des "gestes déplacés lors de soirées". "On y voit des adultes lors de scènes de fêtes, qui rigolent, qui boivent, avec certes, certains d'entre eux en slip, mais les enfants ne sont pas spectateurs de ces scènes qui ne sont pas ouvertement sexuelles. Tout au plus devine-t-on qu'ils peuvent être à proximité. Si cela c'est de la corruption de mineurs, on marche sur la tête", s'est insurgé Me Frank Berton, l'avocat de Frank Lavier.