Vosges : une ado de 14 ans, enceinte, placée en détention

  • A
  • A
Vosges :  une ado de 14 ans, enceinte, placée en détention
@ AFP
Partagez sur :

Une ado enceinte a été placée en détention provisoire, mardi après midi, à la maison d’arrêt d’Epinal, dans les Vosges. La mineure de 14 ans n’avait pas respecté son contrôle judiciaire. 

L’info. C'est une mesure extrêmement rare qui a été prise un juge des libertés et de la détention, mardi. Une adolescente de 14 ans, enceinte de près de cinq moisa été écrouée vers 13 heures, à la prison d’Epinal, dans les Vosges.

Gang de filles. Les motifs pour lesquels cette jeune fille avait été mise en examen, dans le cadre d’une instruction ouverte, sont lourds : enlèvement, séquestration avec libération volontaire en moins de 7 jours et violences ayant entraîné une ITT de 10 jours. La mineure ferait partie d’un gang de filles avec lequel elle aurait séquestré un handicapé sous la menace d’un couteau, du 17 au 19 avril 2014, en Moselle. Durant deux jours, les comparses se seraient amusées à torturer leur victime : brûlures de cigarettes et coups à l’aide de câbles électriques pour racketter celle-ci.

Violation du contrôle judiciaire. Soumise à un contrôle judiciaire après la commission des faits, l'adolescente n’a pas respecté la mesure d'éloignement qui prévoyait qu’elle ne se rende plus en Moselle. Selon une information de BFMTV, elle a fugué plusieurs fois du centre éducatif fermé où elle avait été placée dans le Nord, pour revenir dans le département. Mardi, au terme d’un débat entre la mineure et son avocat, le juge des libertés et de la détention a donc révoqué son contrôle judiciaire et opté pour une détention provisoire.

Cellules spécifiques. Seule la maison d’arrêt d’Epinal était en mesure d’accueillir cette détenue pas comme les autres, puisque c’est l’unique centre pénitentiaire de Lorraine disposant de cellules adaptées pour les mineurs de moins de 16 ans. Pour autant, c’est bien "la première fois qu’une mineure de moins de 16 ans est placée en détention ici", a précisé une responsable syndicale pénitentiaire FO.