Vols de câbles : coup filet dans un camp de Roms

  • A
  • A
Vols de câbles : coup filet dans un camp de Roms
Un cable de cuivre de la SNCF que les personnes interpellées volaient. 930620.@ MAXPPP
Partagez sur :

Six Roms originaires de Roumanie et de Bulgarie ont été arrêtées mardi matin en Seine-et-Marne.

Le préjudice est estimé à 800.000 euros. Dans le cadre d'une enquête sur des vols de métaux, un coup de filet a été mené mardi matin en Seine-et-Marne. Au total, 150 gendarmes et un hélicoptère ont été mobilisés pour inspecter plusieurs régions de France allant du grand Ouest jusqu'en Bourgogne. Au cours de cette opération, six Roms originaires de Bulgarie et de Roumanie ont été interpellés.

Sept mois d'investigation. "Une information judiciaire pour association de malfaiteurs et vol en bande organisée a été ouverte et leur garde à vue, qui se déroule dans les Yvelines, peut durer 96 heures", a déclaré le lieutenant-colonel Dominique Lambert, commandant de la section de recherches de Dijon. Ces interpellations font suite à plus de sept mois d'investigations menées par la section de recherches de Dijon, sous la houlette de l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) et avec l'appui des régions de gendarmerie de Bourgogne et de Franche-Comté.

Le noyau dur arrêté. C'est depuis leur campement de Seine-et-Marne que les voleurs partaient pour des raids nocturnes. "Il s'agissait du noyau dur d'une équipe de voleurs particulièrement actifs qui sortaient souvent et faisaient de gros dégâts, sans beaucoup de précautions", résume le lieutenant-colonel Lambert. Les voleurs ramenaient à chaque fois le même butin : des kilomètres de câbles téléphoniques, électriques ou ferroviaires, qu'ils arrachaient, puis découpaient directement sur place.

Des gaines retrouvées brûlées. Une technique bien rodée, comme l'explique le colonel Patrice Bayard, chef de l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI). "En fait, ils sectionnent les câbles, ils tirent des longueurs assez conséquentes, et ensuite, ils les tronçonnent pour pouvoir les transporter. Ils enlevaient les gaines pour récupérer le cuivre qui se trouve à l'intérieur du câble. Et ensuite, les gaines qui ne leur servaient à rien, ils les brûlaient de manière conséquente. Au final, ce que nous avons retrouvé, c'est des points de brûlage, et à côté, des stocks importants de gaines qui n'avaient pas encore été brûlés", rapporte le colonel au micro d'Europe 1.

30 vols au total. Des techniciens d'Orange, d'ERDF et de la SNCF étaient présents mardi dans le camp rom pour identifier les câbles volés. Résultat pour ces entreprises : plus de 800.000 euros de préjudice. Et des milliers de foyers privés de téléphone et d'Internet. Au total, une trentaine de vols ont été commis depuis le début de l'année. Les gendarmes cherchent à présent à savoir auprès de quel recycleur peu scrupuleux les voleurs ont pu écouler de telles quantités de cuivre.