Vol à la banque de France : 500.000 euros cachés dans le jardin

  • A
  • A
Vol à la banque de France : 500.000 euros cachés dans le jardin
@ REUTERS
Partagez sur :

Les enquêteurs ont découvert un demi million d'euros dans le jardin d'un suspect, mais aussi un million d'euros chez un de ses amis.

L'enquête sur le vol présumé de billets à la Banque de France progresse, grâce à des fouilles réalisées dans le jardin de l'un des deux principaux suspects : les hommes de la police judiciaire de Clermont-Ferrand y ont découvert un sac contenant 500.000 euros en petites coupures. Puis un autre million dissimulé chez un de ses amis. Placés en garde à vue, quatre suspects étaient en cours de defèrement vendredi soir. Les deux hommes risquent la détention provisoires tandis que leurs épouses pourraient être placées sous contrôle judiciaire.

Des cartons de billets disparaissent. Les faits se seraient produits courant juillet dans le locaux de Vic-le-Comte, dans le Puy-de-Dôme, au sein du service de la papeterie, chargé de la destruction des sacs contenant des coupures valides, mais usagées, provenant des différentes succursales de la Banque de France. L'alerte a été donnée après qu'une salariée a repéré un carton de 8 kilos, rempli de billets, qui semblait avoir été mis à l'écart pour échapper à la broyeuse.

Une enquête interne a immédiatement été lancée, déclenchant l'examen des vidéos de la papeterie. Il en ressort que d'autres cartons de la sorte se seraient volatilisés à quatre reprises ces derniers mois, malgré des dispositifs de sécurité très pointus. Ce que confirmait le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, jeudi matin sur Europe 1 : "Nous avons nous-mêmes suspecté un vol à l'intérieur de l'un de nos établissements. Nous avons pris des mesures internes de protection, saisi le procureur de la République."

Et des sacs remplis d'argent réapparaissent dans le jardin. L'enquête a depuis progressé et s'est accélérée cette semaine : la PJ de Clermont-Ferrand a d'abord placé en garde à vue deux salariés mais aussi leurs épouses. Et mené à leurs domiciles des perquisitions très fructueuses : les policiers ont d'abord découvert, enterré dans le jardin du premier suspect, 500.000 euros en coupures. Puis, au domicile d'un ami, un sac contenant 1,3 million. Ce dernier ignorait ce que renfermait le sac. Les enquêteurs tentent maintenant de déterminer s'il ne manque rien au butin.

Vers un placement en détention provisoire. Suite à ces découvertes, "le ministère public à requis le placement en détention provisoire des deux personnes suspectes, et le placement sous contrôle judiciaire des épouses", a précisé vendredi soir Pierre Sennès, procureur de Clermont-Ferrand. Les deux employés risquent sept ans de prison.