Vol à l’arraché mortel : 3 mineurs devant le juge

  • A
  • A
Vol à l’arraché mortel : 3 mineurs devant le juge
La police marseillaise a procédé à huit arrestations dans le cadre de l'enquête sur un vol à l'arraché qui a coûté la vie à une septuagénaire.@ MAXPPP
Partagez sur :

Les jeunes gens avaient été interpellés jeudi à l'aube par les enquêteurs marseillais.

L'enquête sur la mort de Maryse Ferraud, septuagénaire décédée après une agression, progresse rapidement à Marseille. Trois mineurs âgés de 15 à 17 ans et un majeur de 18 ans devraient être présentés vendredi après-midi à la juge en charge du vol à l'arraché qui a coûté la vie à la septuagénaire en janvier dans les quartiers Nord de Marseille. Il s'agit des auteurs présumés du vol : le conducteur du scooter emprunté à un ami pour l'occasion et son passager, selon une source policière. Les deux autres sont accusés d'avoir recelé la carte bancaire de la victime et retiré 200 euros à un distributeur automatique dont la caméra a filmé la scène.

Les jeunes gens avaient été interpellés jeudi à l'aube par les enquêteurs de la brigade criminelle de la sûreté départementale des Bouches-du-Rhône assistés de leurs collègues du Groupe d'intervention de la police nationale (GIPN). Ils étaient connus de la justice pour de petits délits et résidaient dans la cité sensible du parc Kallyste.

"Les investigations peuvent déboucher rapidement"

Maryse Ferraud, 74 ans, était décédée d'une hémorragie cérébrale cinq jours après son agression mi-janvier. Elle attendait à un arrêt de bus du vallon d'Ol quand deux jeunes en scooter lui avaient arraché son sac, la faisant lourdement chuter puis la traînant sur une dizaine de mètres. Son sac avait été retrouvé près du lieu du vol et ramené aux policiers qui ont également bénéficié de témoignages suite à un appel lancé dans la presse locale.

Pour David-Olivier Reverdy, responsable régional du syndicat de police Alliance, "cette enquête est la preuve que lorsqu'on y met les moyens, les investigations peuvent déboucher rapidement. Nous attendons maintenant la réponse judiciaire."