Visé par une plainte, DSK a lui-même été dupé, affirme son avocat

  • A
  • A
Visé par une plainte, DSK a lui-même été dupé, affirme son avocat
@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Dominique Strauss-Kahn, visé par une plainte pour escroquerie, ignorait les difficultés du fonds d'investissement LSK dont il était l'un des administrateurs et a lui-même été dupé, a affirmé vendredi à l'AFP son avocat, Jean Veil.

Dominique Strauss-Kahn, visé par une plainte pour escroquerie, ignorait les difficultés du fonds d'investissement LSK dont il était l'un des administrateurs et a lui-même été dupé, a affirmé vendredi à l'AFP son avocat, Jean Veil.

"Une série d'emprunts excessifs". DSK avait déjà affirmé que son ex-associé, Thierry Leyne, dirigeant de LSK, avait contracté "une série d'emprunts excessifs", avant la faillite du fonds en novembre 2014. Thierry Leyne s'était suicidé quelques semaines plus tôt à Tel Aviv. L'avocat de DSK, Jean Veil, a envoyé dès juillet une note au parquet de Paris, en réponse à la plainte de l'ancien actionnaire de LSK, Jean-François Ott. Cette plainte a déclenché l'ouverture d'une enquête préliminaire.

"DSK n'a pas participé au conseil d'administration du 18 juillet 2014". Jean-François Ott affirme avoir souscrit à l'été 2014, via sa société chypriote Roxannia, une augmentation du capital de LSK de 500.000 euros et affirme qu'on lui a présenté, en amont de cet investissement, une situation financière beaucoup plus florissante que la réalité. "Cette augmentation de capital est suspecte puisque Thierry Leyne", le dirigeant de LSK, "ami de longue date de Jean-François Ott, s'était engagé à racheter les actions souscrites trois mois plus tard avec une plus-value de 20%", répond l'avocat de DSK à l'AFP.

"Dominique Strauss-Kahn n'a pas participé au conseil d'administration du 18 juillet 2014, au cours duquel a été décidée l'augmentation de capital de Roxanna. Il n'était pas présent et ce n'est pas sa signature qui figure" sur le procès-verbal, poursuit l'avocat, qui affirme qu'"il s'agit d'une signature électronique apposée à son insu". "D'ailleurs, la signature d'un certain nombre d'administrateurs semble être aussi une signature électronique".

Dans sa note au parquet, consultée par l'AFP, l'avocat souligne également que DSK avait investi dans le fonds après la hausse de capital de Roxannia, une souscription qui l'"exonère (...) de toute suspicion d'avoir connu la réalité de la situation de LSK".