Violences urbaines à Mulhouse

  • A
  • A
Violences urbaines à Mulhouse
@ MAX PPP
Partagez sur :

Des interpellations ont donné lieu à des affrontements entre la police et des jeunes d'un quartier.

La ville de Mulhouse a été le théâtre de violences urbaines dans la nuit de lundi à mardi soir. Un collège, une dizaine de véhicules et le tramway ont été vandalisés. Le Conseil général a estimé à au moins 150.000 euros le coût des travaux de réfection du collège dont des vitres ont été brisées, la loge d'accueil et trois salles adjacentes incendiées. Trois jeunes gens, dont deux mineurs de 16 et 17 ans, se trouvaient mardi soir en garde à vue à la suite des incidents.

Un mineur blessé dans l'incident

Les incidents ont débuté après l'interpellation mouvementée de deux jeunes dans le quartier de Bourtzwiller. Alors que les policiers tentaient de contrôler deux jeunes gens de 16 et 17 ans qui poussaient un scooter, ils ont été pris à partie par d'autres jeunes du quartier. Victimes de jets de pierres, les policiers ont alors utilisé leur gomme-cogne pour se dégager.

Peu après l'interpellation, d'autres jeunes hommes ont lancé des pierres et un objet incendiaire sur le collège voisin et incendié une dizaine de voitures. Le calme est revenu au milieu de la nuit, après l'arrivée sur les lieux d'une unité de CRS.

Un mineur blessé pendant les affrontements a été placé en garde à vue, accusé de refus d'obtempérer et de jet de pierres. Un autre mineur ainsi qu'un troisième jeune âgé de 20 ans ont été interpellés, soupçonnés d'avoir jeté des projectiles sur les forces de l'ordre.

Le quartier de Bourtziller : nuit sous tension :



Quartier de Bourtzwiller : nuit sous tensionpar France3Alsace

"La présence policière gêne"

Ce n'est pas la première fois que la ville de Mulhouse est le théâtre de violences urbaines. Plusieurs incidents entre la police et les jeunes du quartier ont été signalés depuis le début de l'été. Une patrouille de pompiers appelée pour un incendie de voiture a récemment été la cible de projectiles.

Lors d'un point-presse dans l'après-midi, le maire de Mulhouse, Jean Rottner, a fustigé ceux que "la présence policière gêne" et lancé un appel au calme. Et d'ajouter : "Je demande aux parents et aux adultes qui ont un poids sur les jeunes de demander l'apaisement"