Viol à Marseille : deux hommes mis en examen

  • A
  • A
Viol à Marseille : deux hommes mis en examen
L'adolescente avait été attaquée non loin du boulevard National, dans le centre-ville de Marseille.@ GOOGLE STREET VIEW
Partagez sur :

Interpellés après le viol d'une adolescente de 13 ans, ils ont été écroués lundi.

L'auteur présumé du viol d'une adolescente de 13 ans, le 3 août dernier en plein après-midi dans une rue passante de Marseille, a été présenté lundi matin au parquet, en compagnie d'un deuxième homme lui aussi suspect dans ce dossier. Une information judiciaire a été ouverte "des chefs d'enlèvement et séquestration de mineure de 15 ans en vue de la commission du crime de viol, viol sur mineure de 15 ans et en réunion". Les deux hommes ont été mis en examen et écroués lundi soir, a annoncé le parquet. Ils encourent la réclusion criminelle à perpétuité.

Un troisième suspect recherché

Le principal suspect s'était présenté de lui-même à la police samedi après-midi. Mais de nombreux éléments recueillis par les enquêteurs l'accablaient déjà : des traces ADN sur les vêtements de la victime et une perquisition menée chez lui notamment. Cet homme "reconnaît une relation sexuelle consentie avec la mineure qui serait librement venue chez lui", a précisé le procureur de la République Jacques Dallest. Selon des sources proches de l'enquête, l'homme, sans profession et déjà condamné pour des vols, a dit avoir rencontré l'adolescente dans la rue et l'avoir prise pour une majeure, réfutant tout enlèvement ou toute contrainte.

Le second suspect, qui avait été interpellé samedi matin au cours d'une série d'opérations de police, est "mis en cause par le premier comme ayant pu agresser la jeune fille après son départ en compagnie de deux comparses", mais il "nie tout acte sexuel de sa part", a souligné le procureur. De nationalité irakienne, il est employé au noir dans une boulangerie, a précisé à l'AFP une source proche de l'enquête.

L'adolescente victime a mis en cause au total trois individus. Un troisième suspect est donc encore recherché. L'enquête se poursuit "pour déterminer les circonstances précises des faits, le rôle exact des mis en examen et identifier d'éventuels coauteurs", a précisé lundi le parquet.

Une confrontation à venir

Pour faire avancer l'enquête, une confrontation entre la victime et ses agresseurs présumés doit être organisée dans les jours à venir. La jeune fille, qui parle très peu depuis les faits, s'exprime au travers de dessins. Les enquêteurs n'excluent pas la version d'un enlèvement en voiture, livrée par la jeune fille, ou encore sur l'hypothèse qu'elle ait pu absorber certaines substances.

Après être revenue d'une promenade, elle s'était plainte de maux de ventre avant de s'évanouir. C'est au service de pédiatrie de l'hôpital de la Timone, où elle avait été examinée, que les médecins avaient constaté des violences sexuelles très importantes. Et donné l'alerte.