Vienne : mandat d'arrêt contre le père

  • A
  • A
Vienne : mandat d'arrêt contre le père
@ Max PPP
Partagez sur :

Le père est suspecté d'être l'auteur des trois homicides, sa trace a été retrouvée en Italie.

"Très clairement Faicel Fakraoui est en fuite". C'est en ces termes que Jean-Yves Coquillat, le procureur de la République de Grenoble, résume la situation concernant le triple homicide de Vienne, en Isère. Jeudi, le corps d'un bébé de trois mois et celui d'une fillette de cinq ans ont été retrouvés jeudi dans le réfrigérateur de leur appartement. Le corps ensanglanté de leur mère était grossièrement dissimulé derrière des meubles, dans une autre pièce. Depuis, le père d'une des petites filles tuées est activement recherché.

Un mandat d'arrêt international a été émis vendredi contre l'actuel compagnon de la mère de famille qui est le père du bébé né en août dernier. ". Nous avons ouvert jeudi une information contre lui et nous avons pris un mandat d'arrêt européen et international dans la nuit. En ce moment les polices françaises, les polices italiennes et peut-être bientôt d'autres pays, sont à sa recherche", assure le procureur de la République de Grenoble au micro d'Europe 1.

En fuite vers la Tunisie ?

Les recherches se tournaient vendredi vers l'Italie, où ce Tunisien a fui. Il a quitté le territoire français en voiture, accompagné d'une autre personne. Il a été contrôlé à la frontière, mais pas arrêté car aucun mandat à son encontre n'avait alors été émis.

"Malheureusement, cet individu était déjà passé d'abord en Italie où nous avons perdu sa trace. Désormais, nous cherchons à savoir s'il est toujours sur le territoire italien ou s'il a gagné un autre pays et lequel. Il est tunisien donc il pourrait avoir regagné la Tunisie", a précisé Jean-Yves Coquillat.

Une dispute à l'origine du drame ?

Selon les premiers éléments de l'enquête, une violente dispute aurait éclaté, ce qui était régulièrement le cas dans ce couple. "C'est probablement à cette date que les faits ont été commis", indique le procureur de Grenoble. Par ailleurs, seule une autopsiée a pu être réalisée, celle de la mère, qui a reçu 19 coups de couteau. Les corps des enfants ne portaient pas de traces de couteau.

"Manifestement au regard des trois crimes et de la nature des blessures observées sur la jeune femme autopsié, il y a des traces de coups, des traces de coups de couteau, 20 au total. Il s'agit de faits extrêmement violents", abonde Jean-Yves Coquillat.

La famille était suivie par les services sociaux, à la suite de l'hospitalisation du bébé pour une "chute", sans qu'ait pu alors être avéré un cas de violences sur mineurs. Au mois de mai dernier, le père de famille avait été condamné pour des violences sur cette jeune femme. A l'époque, il avait été condamné à une peine de quatre mois avec sursis et une mise à l'épreuve de 18 mois.