Val-de-Marne : une fillette poignardé à mort par son père

  • A
  • A
Val-de-Marne : une fillette poignardé à mort par son père
@ Maxppp
Partagez sur :

Après une altercation avec trois policiers, un père de famille a poignardé sa petite fille, vendredi matin, au Kremlin Bicêtre.

Tragique histoire vendredi matin, en banlieue parisienne, au Kremlin Bicêtre. Après une séparation difficile, un père de famille a poignardé sa petite fille, âgée de 4 ans. Le drame s'est déroulé en présence de trois officiers de police.

Son ancienne compagne appelle paniquée les policiers. L'affaire débute vendredi matin, dans le Val-de-Marne. Paniquée, une jeune femme de 24 ans, appelle la police. Son ex-conjoint tambourine à sa porte. En moins de 10 minutes, les policiers sont sur place. Mais, quand ils arrivent au 3e étage, l'homme est déjà dans l'appartement.

Un colosse qui s'en prend aux policiers. Les fonctionnaires se retrouvent alors face à un colosse de 27 ans, mesurant près de 2 mètres, pour 120 kilos. Une force de la nature, qui s'emporte aussitôt et déclenche une violente bagarre, frappant notamment son ex-compagne et repoussant les policiers. Au cours de l'altercation, deux d'entre eux sont blessés, dont l'un d'une fracture à une jambe. Dans la confusion, le forcené réussi à prendre la bombe lacrymogène d'un policier.

Il tue sa fille de plusieurs coups de couteau. Il la vide dans l'appartement et s'enferme dans une chambre avec la jeune femme et leur petite fille de 3 ans et demi. Les minutes passent et toute négociation semble impossible. Au bout d'une heure, c'est le coup de folie. Le père poignarde sa fillette à plusieurs reprises avec un long couteau.
 
Le suspect souffre de bipolarité. Les policiers défoncent alors la porte de la chambre. Et il faudra deux tirs de Taser pour maîtriser le père de famille. La petite fille, elle, est décédée quelques instants plus tard à l'hôpital.Le meurtrier présumé a été placé en garde à vue. Il souffre de trouble bipolaire et était déjà connu de la police pour des affaires de violences.