Val d'Oise : le cambriolage tourne mal, une octogénaire est tuée

  • A
  • A
Val d'Oise : le cambriolage tourne mal, une octogénaire est tuée
La bâtisse bourgeoise est visible de tous, plantée en plein centre d'un grand jardin boisé.@ Europe 1 - Raphaël Maillochon
Partagez sur :

INFO E1 - Les faits se sont produits à Moisselles au domicile d'un couple d'octogénaires. Le mari a été hospitalisé.

INFO E1 - Une femme de 81 ans est morte dimanche soir à Moisselles, dans le Val d’Oise, après un cambriolage qui aurait mal tourné, selon les informations recueillies par Europe 1. Blessé et assommé, son mari à quant à lui été hospitalisé.



Agrandir le plan

Les faits. Selon nos informations, vers 20 heures, quatre malfaiteurs se seraient introduits dans la grande maison tenue par un couple d’octogénaires. L’époux, âgé de 84 ans, aurait été agressé au point de perdre conscience pendant quelque temps. A son réveil, il découvre sa femme morte au premier étage, sans trace de violence apparente. C'est son conjoint qui a fini par alerter les secours. Les agresseurs sont en fuite, apparemment sans butin. Ils ont laissé derrière eux une scène étonnante.

La voiture du couple a été retrouvée moteur allumé et à côté de la portière ouverte, un coffre-fort fermé, prêt à être chargé. Les agresseurs ont peut être été pris de court. Les enquêteurs comptent maintenant sur les enregistrements des nombreuses caméras de vidéosurveillance postées un peut partout dans la propriété. 

val d'oise 930

© E1 - Raphaël Maillochon

"Beaucoup de peine". Ce couple fortuné avait fait recette dans le bâtiment. Une agression qui choque la maire de Moisselles, Véronique Ribout : "c'était vraiment une femme super bien, vraiment intelligente, humaine, avec de grandes qualités. C'est aussi un homme de caractère. Des gens vraiment bien. Ils s'intéressaient beaucoup à ce qu'il se passait dans le village. Ils étaient super actifs. Ça m'a fait beaucoup de peine". 

Les cause du décès restent inconnues. Une autopsie doit être pratiquée pour déterminer les causes du décès de la femme, qui pourrait aussi bien être dû à des violences, qu'à une crise cardiaque causée par le choc émotionnel, a souligné une source proche de l'enquête. A priori, les deux victimes n'ont pas été ligotées ou entravées.  "Ce sont des gens qui étaient installés depuis longtemps à Moisselles", un village d'environ 1.200 habitants à 20 kilomètres au nord de Paris, a précisé cette source.  Le mari, un ancien entrepreneur du bâtiment a été hospitalisé à Eaubonne, et était lundi matin encore trop choqué pour que les enquêteurs ne puissent mener un interrogatoire approfondi. L'enquête a été confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Versailles.