Une tonne et demie de cannabis saisie en Seine-et-Marne

  • A
  • A
Une tonne et demie de cannabis saisie en Seine-et-Marne
Les forces de l'ordre viennent de réaliser la plus grosse saisie depuis le début de l'année.@ MAX PPP
Partagez sur :

DESCENTE – La police a réalisé sa plus grosse saisie de cannabis de l’année à Gretz-Armainvilliers (Seine-et-Marne).

Gros coup – C’est la plus grosse saisie de l’année pour la police depuis le début de l’année. 1.57 tonnes de cannabis, soit l’équivalent de 11 millions d’euros écoulés au détail, ont été retrouvés par la Police Judiciaire de Meaux et la BRI (Brigade de Recherche et d'Intervention) de Versailles dans une camionnette stoppée à Gretz-Armainvilliers (Seine-et-Marne). Les enquêteurs ont également trouvé plusieurs dizaines de milliers d’euros sur les trois suspects, placés immédiatement en garde à vue. 

"Circuit classique" – Selon le procureur de Meaux, Christian Girard, la drogue transitait par le "circuit classique", depuis le Maroc en passant par l’Espagne avant d’être stockée dans cette petite commune à 40 kilomètres à l’est de Paris. C’est donc le plus beau coup de filet opéré par les forces de l’ordre depuis le début de l’année, loin devant les 500 kilos trouvés dans un camion à la frontière espagnole et les 722 kilos saisis lors d’un go-fast dans l’Oise.  

Un huissier découvre le pot-aux-roses. Outre la quantité de cannabis, l'histoire qui a mené à cette saisie pimente un peu plus l'affaire. C'est un huissier, venu réclamer le loyer impayé depuis des mois dans un logement de Champ-Sur-Marne, qui découvre le pot-aux-roses en juillet dernier. Lorsqu'il force la porte d'entrée, aucun locataire à qui réclamer la somme due. A la place, 140 kilos de cannabis, 211.000 euros en cash et une dizaine d'armes de poing. De quoi le convaincre qu'il est en face d'un "appartement-nourrice", un lieu uniquement destiné à entreposer la drogue et l'argent sale. Il se passera de longs mois de filatures avant que la police judiciaire puisse identifier clairement les membres du réseau de trafiquants. Ces derniers, très prudents, changeaient en effet très fréquemment de voitures et de téléphones portables. Le principal dealer en a utilisé pas moins de soixante durant la période de surveillance.  

sur le même sujet, sujet,

PERQUISITION - 18 plants de cannabis saisis à Sevran

ECONOMIE - Légaliser le cannabis, ça peut rapporter gros