"Une tête en inox est sortie de mon nombril"

  • A
  • A
"Une tête en inox est sortie de mon nombril"
@ DR
Partagez sur :

La patiente d'une clinique de Lyon a passé six mois avec une paire de ciseaux dans le ventre.

Elle s’en est rendu compte vendredi dernier. Prise d’une toux violente, cette femme de 31 ans voit alors sortir de son nombril un bout de métal, gros comme "un demi-ongle", raconte son mari au Progrès publié mardi.

"J'ai vu une tête en inox sortir de mon nombril", confie-t-elle à Europe 1 :

Affolé, le couple court à la clinique Natecia, à Lyon. C’est là que la jeune femme avait été opérée d’une abdominoplastie, en septembre dernier. Elle voulait alors se faire retendre le ventre après deux grossesses. Là, non seulement le docteur Bernard Dessapt, qui avait conduit l’opération, était absent, mais le couple se voit reprocher par l’infirmière de garde de "ne pas s’être aperçu avant" de la présence d'un objet métallique. Le couple rentre alors à son domicile.

Des douleurs juste après l'opération

La trentenaire avait pourtant eu des douleurs juste après l’intervention chirurgicale. "Elle a vu le chirurgien, 3 ou 4 fois. Il lui disait qu’elle avait un œdème, que c’était normal", explique son époux.

Suite à des douleurs insoutenables, le couple retourne dimanche aux urgences. La jeune femme passe alors une radio, qui révèle clairement la présence d’une paire de Halstead, des ciseaux chirurgicaux, dans son estomac.

Le couple va porter plainte

Lundi, elle voit enfin son médecin, Bernard Dessapt, qui, loin de s’émouvoir de son erreur, estime qu’il n’y avait "pas d’urgence à opérer". Pour lui, "24 heures de plus" avec des ciseaux dans le ventre "n’allaient pas changer la vie" de sa patiente. L’insistance de l’avocat du couple finit par le convaincre.

Les ciseaux sont retirés de l’abdomen de la mère de famille lundi, en fin d’après-midi. Bernard Dessapt "assume la responsabilité" de l’erreur médicale, mais sa désinvolture risque de décider le couple à porter plainte. "Ma femme veut juste que cela n’arrive pas à quelqu’un d’autre", précise l’époux.

"Quelqu'un de confiance"

Au micro d'Europe 1, le directeur de la clinique lyonnaise a affirmé que Bernard Dessapt était "quelqu'un avec qui nous avons des relations de confiance depuis plusieurs années". Le directeur compte recevoir le médecin et sa patiente dans les prochains jours.