Une convoyeuse de fonds fuit avec 260.000 euros

  • A
  • A
Une convoyeuse de fonds fuit avec 260.000 euros
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le vol aurait eu lieu le 11 octobre, dans le Val-de-Marne, mais n'a été découvert que quelques jours plus tard. L'employée aurait sans doute fui à l'étranger.

Une salariée de la société de transport de fonds Loomis a pris récemment la fuite après avoir dérobé près de 260.000 euros à la compagnie. Le vol aurait eu lieu le 11 octobre mais n'a été découvert que trois jours plus tard par la société.

Des billets évaporés. Selon les premiers éléments de l'enquête, la salariée, employée au comptage des billets dans les locaux d'un centre fort de la société à Arcueil, dans le Val-de-Marne, serait parvenue à dérober ces liasses en les dissimulant très discrètement. Une information judiciaire a été ouverte le 15 octobre à Créteil. La jeune femme risque jusqu'à sept ans de prison pour ce vol.

Ancienne gendarme, son conjoint a également disparu. Selon les informations d'Europe 1, la salariée âgée de 27 ans, originaire du sud de la France, aurait travaillé par le passé comme gendarme adjointe volontaire - un statut différend de celui de gendarme de carrière, ne pouvant excéder les cinq ans. Toujours selon nos informations, son compagnon, originaire de Turquie, a également disparu et sa voiture reste introuvable. Les enquêteurs soupçonnent la salariée d'avoir quitté le sol français dès son forfait commis.

Une erreur dans la procédure d'embauche ? Selon une source proche de l'affaire, la salarié était employée en CDD chez Loomis depuis peu. "Pour travailler dans le groupe, il faut normalement un certificat de qualification professionnelle. Mais les anciens policiers et gendarmes bénéficient d'une équivalence", explique-t-on.

>> LIRE AUSSI - Musulin libéré, son magot toujours recherché 

La société de Toni Musulin. Premier opérateur de sécurité fiduciaire, Loomis, groupe d'origine suédoise, compte 3.700 salariés en France, où il effectue plus de 3 millions de dessertes par an, selon son site internet. La société a déjà été marquée par le vol spectaculaire en novembre 2009 de 11,6 millions d'euros par un convoyeur de fonds, Toni Musulin, condamné depuis à cinq ans de prison.