Une panne d'escalator a-t-elle causé la mort d'un homme à Marseille ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Après le décès d'un homme en haut des marches du métro Saint-Charles, le 26 janvier à Marseille, la Régie des Transports Marseillais est visée par une plainte pour "homicide involontaire".

Un problème récurrent. Pour certains, ce drame était prévisible. A Marseille, un homme de 73 ans a succombé à une crise cardiaque après avoir emprunté un escalator en panne dans le métro. Ce problème est récurrent dans les transports marseillais, notamment à proximité de l’hôpital de la Timone.

Une plainte a été déposée. La famille de la victime a décidé de porter plainte contre la Régie des Transports Marseillais, la RTM car cet homme de 73 ans était en bonne santé. Il s’apprêtait à prendre le TGV pour Paris avec son épouse. Le couple rejoint donc la gare Saint-Charles en métro. Ils transportent une valise et un sac mais en descendant de la rame, c’est la mauvaise surprise pour eux : le grand escalator qui permet d’accéder aux trains ne fonctionne pas. Le couple n’a donc pas le choix, il doit monter à pied pour ne pas rater leur TGV. 130 marches d’escalier les attendent.

"Il est tombé d'un coup". "Ils sont montés et une fois arrivés tout en haut, mon père a fait un malaise cardiaque. Il est tombé d’un coup. Ma mère a fondu en larmes. Elle a hurlé 'sauvez le, faites quelque chose !', mais rien n’a pu le ramener à la vie", a raconté très émue à Europe 1, Sabrina, la fille de la victime. "Je voudrais que la lumière soit faite pour toutes les familles qui ont subi les mêmes choses ou à qui cela risque d'arriver. Ce qui me scandalise c’est que nous sommes tous utilisateurs des transports en commun et ce sont les escalators qui ont tué mon père", s'est-elle indignée.

La RTM se défend. Il n’y avait aucun ascenseur ni aucun dispositif de substitution en cas de panne. La famille estime donc que la RTM a failli à ses obligations de service public. De son côté, la régie des transports rétorque que, ce jour-là, l’escalator s'était bloqué à la suite d’un acte de malveillance qui venait de se produire et qu’il était donc impossible d’anticiper pour prévenir les usagers.