Une opération de police chez la soeur de Merah

  • A
  • A
Une opération de police chez la soeur de Merah
@ Capture écran BFM TV
Partagez sur :

DISPARITION - Les policiers tentent de retrouver les quatre enfants de la soeur du "tueur au scooter" Mohamed Merah

Les policiers menaient jeudi après-midi une opération chez Souad Merah à Toulouse pour tenter de retrouver les quatre enfants de la soeur du "tueur au scooter" Mohamed Merah, dont on a perdu la trace depuis plusieurs jours..

Disparitions inquiétantes. Les policiers agissent "sur le fondement de disparitions inquiétantes de mineurs", a expliqué le procureur de Toulouse, Michel Valet. L'opération menée n'est pas à proprement parler une perquisition. Elle vise à vérifier si les quatre enfants, âgés de neuf mois à 14 ans, se trouvent dans l'appartement ou à recueillir les éléments qui permettraient de les localiser, a expliqué le procureur.

Des questions. Ce dernier a refusé de s'exprimer sur l'éventualité que Souad Merah soit partie pour la Syrie avec ses quatre enfants. Leur départ pour l'étranger "est une possibilité", s'est-il contenté de dire, tout en ajoutant que ce départ pouvait "exposer les mineurs à des dangers".

Le quartier bouclé. Sur place dans le quartier du Mirail, d'importants moyens de police étaient déployés pendant l'opération en cours aux étages inférieurs d'un immeuble d'une dizaine de niveaux. Les autorités se sont rendu compte de la disparition de Souad Merah et des quatre enfants à la faveur du signalement, le 20 mai, de la déscolarisation de l'un d'entre eux. Ce signalement "a déclenché une réaction très rapide", a indiqué le procureur.

Souad est l'une des soeurs de Mohamed Merah, petit délinquant des quartiers rallié à l'islam radical qui a assassiné trois parachutistes, puis trois enfants et un enseignant juifs au nom du jihad entre le 11 et le 19 mars 2012 à Toulouse et Montauban.

sujet

DISPARITION - La soeur de Mohamed Merah partie faire le djihad ?

ARCHIVES - Retour sur 32 heures de siège

ENQUÊTE - Comment la France traite "ses djihadistes" revenus de Syrie

ZOOM - Pour mieux espionner, la DCRI devient la DGSI