Une nounou écrouée après la mort d'un bébé dans une crèche

  • A
  • A
Une nounou écrouée après la mort d'un bébé dans une crèche
@ AFP/FRANK PERRY
Partagez sur :

L'auxiliaire de la crèche de Lacépède, dans le Ve arrondissement de Paris, est suspectée d'avoir secoué le nourrisson de cinq mois et d'avoir provoqué sa mort.

Elle est suspectée d'avoir secoué un bébé de cinq mois et d'avoir provoqué sa mort. Une auxiliaire de puériculture, travaillant au sein de la crèche de Lacépède, dans le Ve arrondissement de Paris, a été mise en examen et placée en détention provisoire à la prison de Fleury-Mérogis, rapporte Le Parisien. Le 16 mars dernier, elle avait été placée en garde à vue, après le malaise inexpliqué d'un nourrisson, mort quelques jours plus tard. Elle est aujourd'hui poursuivie pour violences volontaires sur mineur de 15 ans.

Elle raconte que le bébé lui a échappé des mains. Lors de son audition à la brigade de protection des mineurs (BPM) de la police judiciaire, la spécialiste de la petite enfance a assuré qu'elle était en train de donner un biberon à cet enfant, lorsque, pour une raison inexpliquée, il lui a échappé des mains. "Elle l'a rattrapé par un bras, lui occasionnant un choc important", selon ses propos rapportés par une source proche de l'affaire. Toujours selon l'auxiliaire de puériculture, l'enfant en aurait eu le souffle coupé et elle l'aurait alors "secoué énergiquement", pour qu'il reprenne conscience.

Des lésions cérébrales constatées par les médecins. L'enfant a ensuite été remis dans son lit avant de perdre connaissance de nouveau. Face à l'état de santé du nourrisson, le personnel de la crèche a alors appelé les pompiers et le Samu. L'enfant, en arrêt cardiaque et dont le pronostic vital était alors engagé, a été conduit à l'hôpital Necker. Les médecins constatent alors un traumatisme crânien ainsi que de graves lésions cérébrales sur le nourrisson, mort deux jours plus tard.

"Elle a tout sacrifié pour faire ce métier". Dans cette affaire, l'avocate de l'auxiliaire de puériculture, qui travaille depuis huit ans dans la même crèche, a appelé à "la plus grande prudence". "Le placement en détention provisoire de ma cliente n'est pas le reflet de ce dossier", a précisé Me Sabrina Goldman. Parallèlement  à l'enquête judiciaire, une enquête administrative a été ouverte. "Mais une certitude apparaît déjà : il n'y a pas eu de dysfonctionnement au niveau du mode de fonctionnement de cette crèche. Les résultats de l'enquête administrative sont attendus d'ici quelques jours", assure une source proche d'Anne Hidalgo, la maire de Paris.

De son côté, le père de l'auxiliaire ne comprends pas les soupçons qui pèsent sur sa fille. "Elle a tout sacrifié pour faire ce métier. Depuis toute gamine, c'est ce qu'elle voulait faire. Nous n'en savons pas plus sur ce qui lui est reproché. Nous venons juste d'avoir un permis de visite. Nous allons bientôt aller la voir", a-t-il réagi dans les colonnes du Parisien.