Des tirs de kalachnikov lundi matin dans le centre-ville de Lille

  • A
  • A
Des tirs de kalachnikov lundi matin dans le centre-ville de Lille
Le centre-ville de Lille a été réveillé par le bruit de détonations. @ AFP
Partagez sur :

Un homme a été blessé par les tirs d'une kalachnikov, lors d'une rixe entre deux groupes. Pas moins de 15 douilles ont été retrouvées. 

Le centre-ville de Lille a été le théâtre d'une fusillade lundi matin. Plusieurs coups de feu ont été tirés dans la rue du Faisan, vers 7 heures du matin, par une arme automatique. Un homme a été blessé par balle à l'épaule et conduit à l'hôpital, selon France 3 Nord-Pas-de-Calais qui précise que ses jours ne sont pas en danger. 

15 douilles retrouvées. Dans la rue, près d'une baraque à frites stationnée sur le trottoir, les vitres du coffre et de la fenêtre arrière droite d'une voiture sont explosées. "J’ai entendu 3 ou 4 détonations", témoigne une habitante de la rue, citée par La Voix du Nord. "Bien plus", enchérit un autre. Au total, 15 douilles ont été retrouvées. La police scientifique était sur les lieux lundi pour procéder à des relevés autour des deux véhicules.



Un rixe éclate entre deux groupes. Une dispute aurait éclaté entre deux groupes d'individus, face à la friterie ambulante, qui sortaient alors de la boîte de nuit voisine. Un individu quitte les lieux en menaçant de "transformer la friterie en passoire", d'après La Voix du Nord. Quelques minutes plus tard, deux individus reviennent à bord d'un véhicule pour mettre leur menace à exécution : l'un d'eux sort une arme automatique de type kalachnikov, selon la police judiciaire, et tire en direction de l'autre groupe, avant de prendre la fuite. Un homme d'une trentaine d'années a été blessé, et conduit par un ami à l'hôpital. Une autre personne a été blessée par des éclats de verre. 

Un homme en garde à vue. Après auditions de plusieurs témoins, un Lillois a été placé en garde à vue dans la journée. L'enquête est un cours. La police judiciaire a précisé à La Voix du Nord qu'il ne s'agit pas d'une affaire de règlement de compte sous fond de trafic de drogue.