Une auto-stoppeuse tuée dans la Drôme

  • A
  • A
Une auto-stoppeuse tuée dans la Drôme
@ GOOGLE MAP
Partagez sur :

Son meurtrier présumé est un violeur récidiviste, sorti de prison en octobre dernier.

Il était sorti de prison en octobre dernier. Lundi, un homme de 44 ans a été mis en examen et écroué pour le meurtre d’une auto-stoppeuse. Le corps de la jeune femme, âgée de 24 ans, avait été découvert samedi en début d'après-midi par des enfants dans un ruisseau, à Rousset-les-Vignes, dans le sud de la Drôme.

Le meurtrier présumé, un berger de la région, s’est rendu de lui-même, en se présentant au centre hospitalier de Montfavet, près d'Avignon, un établissement spécialisé pour la santé mentale, selon les informations du Dauphiné Libéré.

La victime l'avait "énervé"

Arrêté, il est rapidement passé aux aveux. Il a notamment reconnu avoir étranglé sa victime à la suite d'une dispute qui l'a "énervé", la jeune femme lui ayant fait "une remarque désagréable sur l'odeur de son camion qui transportait des animaux", a précisé lundi le procureur de Valence.

Devant le juge, l'homme, barbe et cheveux longs, a expliqué qu'il y avait un "bon" et un "mauvais" en lui. "Le bon arrive des fois à tenir le mauvais mais là, il n'a rien pu faire", a-t-il regretté.

Au total, cet homme a passé 28 ans en prison, soit plus de la moitié de sa vie. Il a été condamné pour des faits de viols ainsi qu'à une peine plus légère en 2007 pour avoir mis la "main aux fesses" d'une surveillante de prison, selon les informations du parquet.

Il respectait l'obligation de soins

Mais depuis sa sortie de prison, l'homme respectait toutes ses obligations, très strictes, de soins. "Tous les dispositifs prévus par la loi et ordonnés par la justice ont été mis en oeuvre très rapidement. Et j'irai même plus loin : lui-même semblait avoir précédé cela en prenant contact avec un médecin traitant dans un temps très bref après sa sortie de prison. Et le médecin coordonateur, dans un rapport adressé à la justice le 13 janvier dernier, attestait que l'injonction de soins était bien respectée", a expliqué le procureur, au micro d’Europe 1.

La jeune victime faisait du stop entre son domicile, à Nyons, et Rousset-les-Vignes, à dix kilomètres de là, où elle devait garder des enfants. Une autopsie doit avoir lieu mercredi pour déterminer si la jeune fille a subi des violences sexuelles.