Une altercation à cause d'un niqab

  • A
  • A
Une altercation à cause d'un niqab
@ MAXPPP
Partagez sur :

Samedi, près de Saint-Nazaire, le ton est monté entre deux femmes, dont l'une portait un voile.

Deux femmes, l'une portant le niqab et l'autre hostile au port de ce voile intégral, ont porté plainte suite à une altercation survenue samedi dernier dans un magasin de Trignac, près de Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique.

Le ton est monté dans un magasin

Samedi après midi, dans un magasin de chaussures et de vêtements de la ville, une femme portant le niqab et deux autres femmes se croisent. Au passage de la femme intégralement voilée, la mère fait une remarque à sa fille, laissant entendre qu'elle souhaite voir rapidement adoptée la loi interdisant le port du voile intégral.

La femme au visage dissimulé, qui a évidemment entendu, réagit alors vivement. Le ton monte. L'emploi du terme "Belphégor" (allusion à une série télévisée, Belphégor ou le fantôme du Louvre, diffusée en 1965 et qui a connu un très grand succès) envenime la conversation. C'est là que, selon la mère et sa fille, la femme au niqab gifle l'une d'elles, ce que cette dernière conteste. La mère arrache le niqab de son interlocutrice. L'époux de la femme voilée et le personnel du magasin se sont alors efforcés de calmer la situation.

Ecoutez la version d'Elodie, la femme au niqab :

Deux plaintes

Finalement, les trois femmes ont été conduites à la brigade de gendarmerie et deux plaintes ont été déposées, a confirmé le Parquet : l'une pour injure à caractère ethnique, racial ou religieux, par la femme au niqab, l'autre pour violence sans ITT (incapacité totale de travail), par la mère et sa fille. La mère de famille est une avocate de 60 ans, jusqu'à présent inconnu des services de police. La femme voilée est une Française de 26 ans.

Le projet de loi sur l'interdiction du voile intégral prévoit une amende de 150 euros pour toute personne dissimulant son visage et crée un délit sanctionnant beaucoup plus sévèrement ceux qui l'imposeraient.