Un vigile de discothèque tué par balles

  • A
  • A
Un vigile de discothèque tué par balles
Un vigile a été tué à l'entrée de la discothèque Le Palacio, à Ivry-sur-Seine dans le Val-de-Marne, dimanche matin.@ GOOGLE MAPS
Partagez sur :

Il a été abattu tôt dimanche matin à Ivry-sur-Seine, après 2 incidents. Ses agresseurs ont pris la fuite.

Trois jeunes d'une vingtaine d'années sont toujours activement recherchés. Ils sont soupçonnés d'avoir avoir tiré dimanche matin sur l’un des vigiles de la discothèque "Le Palacio" à Ivry-sur-Seine. L’homme, âgé de 35 ans, est décédé des suites de ses blessures avant que les secours n’arrivent.

La scène a été entièrement filmée par trois caméras de surveillance braquées en permanence sur l'entrée de l'établissement et sur la rue. Tout commence à 2h30. Une bagarre entre jeunes éclate à quelques pas de la discothèque, devant un restaurant. Fofana, le vigile du Palacio, intervient et tente de les séparer.

Un fusil de calibre 12

Une heure et demi plus tard, un second incident est filmé par la vidéo-surveillance. Un jeune homme se présente devant l’entrée de la boîte de nuit accompagné de quatre filles. Mais Fofana lui refuse l'entrée. Selon le propriétaire de la boîte de nuit, le client refoulé lui reproche alors de lui "mettre la honte devant les filles".

Quelques minutes plus tard, alors que "Le Palacio" va fermer ses portes, une Peugeot grise surgit devant l'entrée. Le passager arrière gauche sort du véhicule et fait feu avec un fusil de calibre 12 à deux reprises sur le videur de la boîte de nuit. Touché en pleine poitrine, Fofana s'effondre. Les individus, âgés d'une vingtaine d'années, prennent la fuite à bord du véhicule.

La boîte de nuit n'a pas "mauvaise réputation"

"Le Palacio" est une boîte de nuit "antillaise", gérée par "une société portugaise", selon un syndicaliste de la police. La discothèque n'a pas "mauvaise réputation", a insisté le responsable syndical. "Ce n'est pas une discothèque qui craint. Il y a toujours des bagarres devant des discothèques. Il y a déjà eu des coups de feu auparavant, mais c'est la première fois qu'il y a un coup de feu et un mort derrière", a-t-il assuré.

L'enquête a été confiée à la brigade criminelle de police judiciaire parisienne.