Un tueur à gages libéré par erreur

  • A
  • A
Un tueur à gages libéré par erreur
@ MAXPPP
Partagez sur :

L'homme, libéré après un vice de procédure en octobre dernier, a finalement été arrêté vendredi.

Il est soupçonné de meurtre et avait pourtant été libéré par mégarde début octobre. A l'origine du couac : une erreur de procédure liée au respect du délai légal dans lequel une détention provisoire doit être prolongée. L'homme de 32 ans, soupçonné d'être l'auteur de deux homicides en Seine-Saint-Denis, a finalement été arrêté vendredi  au palais de justice de Paris, où son contrôle judiciaire était examiné.

Il va être déféré dimanche en vue de l'ouverture d'une information judiciaire pour "association de malfaiteurs en vue de commettre un meurtre en bande organisée".

Arrêté alors qu'il cherchait une arme

Les policiers surveillaient ce suspect depuis sa remise en liberté. Ils l'ont arrêté alors qu'il cherchait à se procurer une arme. "Il a contacté un islamiste radical en prison qui l'a orienté vers un fournisseur d'armes en Seine-et-Marne. Son projet était de faire des règlements de comptes à Saint-Ouen, il voulait tuer des témoins", a-t-on précisé de source policière.

Selon une source proche du dossier, le suspect est présenté comme un tueur à gages. Il est en effet suspecté d'un meurtre à Saint-Ouen le 26 septembre 2009 et a été arrêté en flagrant délit d'assassinat à Pantin le 8 juin 2011.

Deux autres suspects déférés

Placé en garde à vue dans les locaux du service départemental de police judiciaire de Seine-Saint-Denis, il va être déféré dimanche devant le parquet de Bobigny, en vue de l'ouverture d'une information judiciaire pour "association de malfaiteurs en vue de commettre un meurtre en bande organisée", a-t-on appris de source judiciaire.

Le parquet a requis son placement sous mandat de dépôt. Deux de ses complices, âgés de 32 et de 35 ans - l'un d'eux, très défavorablement connu des services de police - vont également être déférés, selon la même source. Il s'agit du fournisseur d'armes et de l'islamiste radical, a-t-on précisé de source policière.