Fin de la prise d'otage à la la prison de Villenauxe-la-Grande dans l'Aube

  • A
  • A
Fin de la prise d'otage à la la prison de Villenauxe-la-Grande dans l'Aube
L’équipe régionale d'intervention et de sécurité de Paris est en route vers le centre de détention.@ JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Partagez sur :

La prise d'otage a débuté à 16h40 mercredi et s'est terminée cinq heures plus tard par la libération sans violence du surveillant pénitentiaire. 

Un surveillant pénitentiaire du centre de détention de Villenauxe-la-Grande dans l'Aube qui avait été pris en otage vers 16h40 ce mercredi par un détenu dans sa cellule a été libéré sans violence a 21h15, a déclaré le procureur de Troyes.

Le surveillant sain et sauf. "Le détenu a été placé en garde à vue pour séquestration et ses revendications demeurent floues", a ajouté le procureur, Olivier Caracotch, qui précise que "la libération de l'otage et l'interpellation du détenu ont été réalisées sans heurt". "Le surveillant a été pris en charge immédiatement après sa libération : il est sain et sauf", a indiqué de son côté le ministère de la justice dans un communiqué.

Un détenu condamné à 10 ans de prison. L'auteur de cette prise d'otage a retenu le surveillant avec un couteau de fabrication artisanale, a indiqué le syndicat FO pénitentiaire dans un communiqué. "Le GIGN, arrivé sur les lieux à 18h35, a conduit les négociations qui ont permis la libération de l'otage, tandis que le site était sécurisé par les équipes d'intervention de l'administration pénitentiaire (ERIS de Paris)", a précisé le ministère. "La Justice donnera les suites qu'il appartiendra à ce grave incident de détention ; l'administration pénitentiaire prendra pour sa part les sanctions disciplinaires qui s'imposent", a-t-il ajouté.

Le centre de détention de Villenauxe-la-Grande est un établissement pénitentiaire hébergeant des personnes condamnées à des peines de plus de deux ans. Il compte 606 places et héberge 444 détenus.

Le 4 juin, un surveillant a été pris en otage à la maison centrale d'Ensisheim, dans le Haut-Rhin, par trois détenus armés d'un couteau. Le gardien de prison avait été libéré sans violences, à l'issue d'une nuit de négociations.