Un septuagénaire torturé par sa femme

  • A
  • A
Un septuagénaire torturé par sa femme
@ GOOGLE MAP
Partagez sur :

Un homme en fauteuil roulant était violemment maltraité par sa femme depuis des mois.

Un septuagénaire résidant à Nompatelize, dans les Vosges, a été placé samedi en soins intensifs à l’hôpital Saint-Charles de Saint-Dié-des-Vosges, après avoir été découvert à son domicile dans un état critique par les pompiers. L’homme semble avoir été régulièrement torturé par sa compagne, selon le quotidien L’Est Républicain.

C’est suite à l’appel du beau-frère de la victime que les pompiers de Saint-Dié-des-Vosges et d’Étival-Clairefontaine sont intervenus. Arrivés sur place, ils découvrent un homme au visage tuméfié avec de nombreuses marques de maltraitance.

Cet homme âgé de 71 ans est hémiplégique depuis trois ans et circule en fauteuil roulant suite à plusieurs arrêts cardiaques. Mais les pompiers sont très vite intrigués par les nombreuses traces suspectes sur le corps du retraité : oreille arrachée, fracture de la cheville, du nez, traces de morsures dans le dos.

Plus qu'un simple accident

Les pompiers placent rapidement la victime en soins intensifs, avant d’alerter la gendarmerie de Raon-l’Étape. Ces derniers privilégient très vite la piste de maltraitances et découvrent de nombreuses traces de sang sur les murs, qui ne peuvent être les signes de simples accidents.

"Il était très maigre et gisait dans son sang, qui recouvrait tous les murs", a indiqué le procureur d'Epinal, Bernard Marchale, avant d'accuser : "il y a tellement de blessures que ça ne peut pas être un coup de colère: ce sont des violences habituelles".

La tortionnaire sous le même toit

Les enquêteurs interrogent rapidement la compagne de la victime, une retraité anciennement ouvrière dans une papeterie âgée de 65ans, mais ne semblent pas être convaincus par sa déclaration. Une enquête pour violences et maltraitances est ouverte et conduit, dès dimanche matin, au placement en garde à vue de la compagne de la victime à la gendarmerie de Raon-l’Étape.

L’épouse finit pas avouer de nombreux faits de maltraitances sur son mari, et ce depuis plusieurs mois. Déférée mardi matin devant le juge d’instruction d’Épinal, elle a été placée sous mandat de dépôt et incarcérée à la maison d’arrêt d’Épinal dans l’attente d’un jugement.

La victime peine à témoigner

Son mari, toujours dans un état critique, n’a pu répondre oralement aux questions des enquêteurs, se contentant de communiquer grâce à des feuilles de papiers indiquant les réponses "oui" ou "non".

L'épouse a été mise en examen pour "actes de torture et de barbarie commis de manière habituelle sur personne vulnérable", un crime passible de trente ans de réclusion criminelle. Les trois enfants du couple, deux jumelles de 45 ans et un fils de 33 ans, devraient se constituer partie civile dès jeudi.