Un septuagénaire soupçonné de meurtre en maison de retraite

  • A
  • A
Un septuagénaire soupçonné de meurtre en maison de retraite
Photo d'illustration@ AFP
Partagez sur :

INFO E1 - Une femme de 71 ans avait été retrouvée pendue dans un Ephad de Marseille. Un pensionnaire, qu'elle fréquentait, prétend l'avoir aidée à suicider. Il a été placé en garde à vue.

Que s'est-il passé entre les murs de la "Marylise" ? Cette maison de retraite du 11e arrondissement de Marseille, classée Ehpad (établissement d'hébergement des personnes âgées dépendantes) est ébranlée par la mort brutale d'une de ses pensionnaires. Cette femme de 71 ans a été retrouvée lundi matin, pendue à la fenêtre de sa chambre, au bout de sa ceinture de peignoir.

Son compagnon de 68 ans, également hébergé dans l'établissement, était entendu par les enquêteurs depuis lundi. L'ADN de cet homme aux lourds antécédents judiciaires a été retrouvé sur le nœud du cordon mortel. Le parquet a demandé mercredi sa mise en examen pour homicide volontaire, selon les informations recueillies par Europe 1. L'homme prétend que la victime voulait se suicider et qu'il l'y aurait simplement aidée.

Une heure avant, elle demande une brioche supplémentaire. Il est près de 9 heures, lundi matin, quand le personnel de l'Ephad fait la macabre découverte. La mort a tout l'air d'un suicide. Pourtant moins, d'une heure avant, tout semblait normal : Marie-Paule prenait son petit-déjeuner dans sa chambre en compagnie de son ami, un homme qu'elle avait rencontré au sein de l'établissement. Elle était même sortie un instant pour demander une brioche supplémentaire. 

Un homme suspecté du meurtre de sa mère. Une mort d'autant plus troublante à la lueur du profil du compagnon de la victime. En 2010, cet homme avait été mis en cause pour le meurtre de sa mère. Il avait finalement été jugé irresponsable de ses actes.

"Il n'y avait jamais eu de problème majeur". A la Marylise, le couple n'avait jamais laissé transparaître de tension. Mardi matin, Simone Chabaud, la directrice de l'établissement, faisait part de sa "stupeur" et confiait ressentir "de l'étonnement et un gros chagrin". "Ce sont des personnes qui se sont connues dans l'établissement. Ils vivaient séparément. Jusqu'à ce jour, il n'y avait jamais eu de problème majeur qui nous permette d'expliquer ce qui s'est passé", expliquait-elle au micro d'Europe 1.