Un sapeur-pompier incarcéré
Un sapeur-pompier incarcéré

12 sapeur-pompiers de Paris ont été mis en examen vendredi soir dans l'enquête sur un viol.

Suite à leur présentation au juge d'instruction, douze sapeur-pompiers de Paris ont été mis en examen tard vendredi soir dans l'enquête sur un viol et des violences sur des engagés. L'un d'entre eux a été placé en détention provisoire, a-t-on appris samedi de source judiciaire.

Neuf des onze pompiers sont mis en examen pour violences volontaires aggravées tandis que l'entraineur et le capitaine de l'équipe sont mis en examen pour non empêchement de crime ou délit. Quatre pompiers ont en particulier été mis en examen pour viol en réunion.

"Une tradition"

Lors de leurs auditions, les gardés à vue ont invoqué une "tradition", certains reconnaissant cependant avoir participé activement aux violences. S'agissant des accusations de viol, ils niaient les faits et affirmaient qu'il n'y avait eu aucune pénétration, invoquant un "viol simulé". Ces violences auraient été perpétrées "dans l'ambiance du moment, dans l'ambiance confinée de ce car", avait expliqué une source proche du dossier.

L'enquête porte sur des faits commis dimanche 6 mai dans l'autocar qui ramenait d'une compétition à Colmar l'équipe spéciale de 33 gymnastes de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP), a-t-on précisé. La victime présumée dit avoir été passé à tabac. Elle a expliqué avoir été dévêtu, frappée et violée au moyen d'une bouteille.

"Briser la loi du silence"

Les onze pompiers laissés libres ont été remis aux autorités militaires, qui a ouvert de son côté une enquête interne conduite par la hiérarchie de la BSPP. Il n'existe pas de contrôle judiciaire pour les militaires. Vendredi, l'avocat de deux pompiers ayant porté plainte avait lancé un appel "à briser la loi du silence".

L'affaire est la plus grave ayant touché la prestigieuse Brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP), unité d'élite créée en 1811 sous Napoléon, au statut militaire et professionnel, une exception en France avec Marseille.