Un recruteur pour le djihad en Syrie déféré

  • A
  • A
Un recruteur pour le djihad en Syrie déféré
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le principal suspect et deux autres individus pourraient être mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste.

Le coup de filet a porté ses fruits. Trois personnes ont été déférées pour être présentées à des juges antiterroristes parisiens mercredi. Ces déferrements font suite à l'arrestation, samedi, à Nice, d'un Français, âgé de 22 ans et d'origine tchétchène. Ce dernier est soupçonné de recruter pour le jihad en Syrie, a indiqué mercredi une source judiciaire.

>> LIRE AUSSI - Syrie : un recruteur pour le djihad arrêté à Nice

Deux hommes et une mineure arrêtés. Il est notamment soupçonné d'avoir payé un billet d'avion à une mineure, âgée de 16 ans, qui s’apprêtait à s'envoler vers la Syrie, via la Turquie. L'homme avait été placé en garde à vue samedi, de même que la jeune fille le lendemain. Lundi matin, les policiers ont interpellé une troisième personne, le frère du recruteur présumé.

>> LIRE AUSSI - Djihad en Syrie : “il n’y a pas de retour pour ces jeunes filles”

La jeune fille de 16 ans placée sous contrôle judiciaire ? Tous trois ont été déférés pour être présentés à des juges antiterroristes, saisis depuis février 2014 d'une enquête sur une filière niçoise de recrutement et d'envoi vers la Syrie de candidats présumés au jihad. Une enquête dans le cadre de laquelle plusieurs arrestations ont déjà été effectuées.

Les trois suspects pourraient être mis en examen par les magistrats instructeurs pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. Le parquet de Paris a requis le placement en détention des deux frères et un contrôle judiciaire pour la jeune fille de 16 ans.

>> LIRE AUSSI - L'Etat peut-il être tenu responsable des départs de mineurs en Syrie ?

Un phénomène qui inquiète les autorités. Les autorités françaises s'inquiètent du phénomène des départs vers la Syrie et, lors du retour en Europe, de risque d'attentats de la part des candidats au jihad les plus radicalisés. Plus de 900 personnes seraient concernées, un chiffre englobant ceux qui sont déjà partis sur le théâtre des opérations, ceux en transit et ceux dont les services de renseignement ont la conviction qu'ils projettent d'y aller.