Un meurtre mystérieux à Mulhouse

  • A
  • A
Un meurtre mystérieux à Mulhouse
Une septuagénaire a été tuée mardi matin dans le hall de son immeuble à Mulhouse.@ MAXPPP
Partagez sur :

Une septuagénaire a été tuée mardi matin dans le hall de son immeuble. Le mobile reste inconnu.

La vieille dame baignait dans son sang quand l'un de ses voisins l'a découverte, mardi matin, dans le hall d'un immeuble de Mulhouse. Une septuagénaire a été tuée de plusieurs coups de couteau alors qu'elle rentrait chez elle. Une autopsie doit être réalisée et les enquêteurs n'écartent aucune piste pour le moment.

Elle reste seule dans le hall

Cette Mulhousienne de 75 ans était sortie dans la matinée pour aller retirer de l'argent. En rentrant chez elle, elle croise une de ses voisines qui lui propose de prendre l'ascenseur avec elle. Mais la vieille dame, décrite comme discrète et isolée par ses voisins, refuse : elle n'a pas eu le temps de prendre son courrier.

Quelques minutes plus tard, un autre voisin entre dans l'immeuble. Mais la vieille dame gît déjà dans une mare de sang, au niveau des boîtes aux lettres du hall marbré. Elle a reçu quatre coups de couteau au cou et à la gorge.

L'argent est toujours dans son sac

Dans son sac, les enquêteurs retrouvent l'argent qu'elle venait de récupérer. Et rien d'autre ne lui aurait été dérobé. Les voisins n'auraient rien entendu ni vu.

D'après les habitants de l'immeuble, le bâtiment mais aussi le quartier étaient très calmes. "Il y a juste un voisin qui s’est fait cambrioler deux fois", indique une voisine au journal L'Alsace. Quant à la victime, qui vivait seule, "c’était une dame réservée, que l’on ne voyait quasiment jamais".

Selon une autre voisine, la vieille dame aurait peut-être déjà été agressée dans le passé. "Elle prenait tout le temps la fuite", explique-t-elle sur Europe 1.

Toutes les pistes sont envisagées

Une enquête a été ouverte et les enquêteurs - qui ont inspecté au peigne fin le hall de l'immeuble à la recherche d'indices - n'écartent aucune piste. " On peut tout imaginer. Rien ne permet de déterminer, pour l’instant, l’origine de cet acte qui pourrait être crapuleux", indique à L'Alsace le commissaire Christian Reeb, chef de l’antenne mulhousienne de la PJ.